Menu


Société

L'ingratitude de Pravind Jugnauth envers la diaspora mauricienne


Rédigé par E. Moris le Samedi 26 Septembre 2020



Le divorce est entamé, dans un bras de fer entre les hautes sphères de l'Etat et les citoyens. Les Mauriciens expriment leur ras-le-bol en dénonçant la corruption, les inégalités sociales, la mainmise sur le pouvoir de certaines familles et un régime perçu comme de plus en plus autoritaire.

Ce mouvement de contre-pouvoir ne peut plus être ignoré. La cote du chef de l'État recule au sein de son socle électoral, et affiche un net recul auprès des électeurs, même dans les villages. Le Premier ministre dévisse chez les personnes âgées.

C'est le prix à payer après toute l'arrogance affichée où le pays se retrouve sur la liste noire de l'Union Européenne, les frontières fermées en raison de la pandémie de la Covid-19 et une économie à genoux.

Au classement des personnalités dont les Mauriciens ont une "image positive" figurent en tête l'activiste social Bruneau Laurette, omniprésent dans les médias et tribunaux et les ONG ayant eu une réactivité efficace et à toutes épreuves depuis la marée noire.

Récemment élu, esseulé par un électorat qui ne veut plus de lui face à une mauvaise gestion des affaires de l'état, la communication de Pravind Jugnauth envoie un mauvais signal pour des relations apaisées.

Sur la défensive, le leader du MSM ne cesse de rappeler qu'il a été élu démocratiquement, même au sein de son état-major : « C’est avec les résultats des urnes en novembre 2019, que je suis à nouveau Premier ministre ».

Il n'a échappé à personne que l’homélie du 8 septembre à Sainte-Croix, par le Cardinal Piat est resté en travers de la gorge de Pravind Jugnauth. Le clan Jugnauth estime être victime d'ingratitude malgré leur supposé soutien aux associations socio-culturelles. « Ine siport zotte sak banane ek bizin asize (Père Laval) pou tende tousala». (Source Week-end). Comme un bouc-émissaire ne suffit pas à la débâcle, le secteur privé, notamment l’hôtellerie, est accusé d’avoir réglé ses comptes avec le gouvernement lors de la marche citoyenne du 29 août à Port-Louis.

Unité nationale, la diaspora prise pour cible

Concernant la participation de la diaspora mauricienne aux différentes marches pacifiques réclamant sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Il a critiqué ces Mauriciens vivant à l’étranger, allant jusqu’à questionner leur patriotisme. 

« Il n’y a pas eu la moindre manifestation de la diaspora lorsque la Cour Internationale de Justice (CIJ) avait plaidée en faveur de Maurice dans le dossier Chagos. Apre ou vinn dir ou patriot ! Apre ou vinn dir ou kontan ou pei ! ».

Pourtant il y a deux ans, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’International Conference of the Mauritian Academic Diaspora 2018, le Premier ministre n'a eu de cesse de flatter l’expérience et la connaissance de la diaspora, qui sont une ressource inestimable pour Maurice. 

Un appel est même lancée à l'intention de ces Mauriciens qui n’ont, aucune intention de rentrer au pays : «Vous pouvez rester dans votre pays d’adoption. Cela ne vous empêche pas d’investir dans l’avenir de Maurice.» 

Rappelons que les Mauriciens à l'étranger participent à l'économie du pays, en payant des impôts, en investissant dans l'immobilier ou en envoyant des devises étrangères, sans compter qu'ils sont les meilleurs porte-parole pour l'image du pays.

De son côté, le ministre Nando Bodha avait déclaré :«La diaspora peut nous aider à façonner une nouvelle île Maurice. Pour cela, nous avons besoin d’une vision commune.» La diaspora, affirme Bodha, a beaucoup à apporter au pays. Entre autres, en termes d’investissements, que ce soit de capitaux ou de ressources humaines.

Rappelons qu'un énième manifestation aura lieu en France ce samedi 26 septembre par la diaspora mauricienne devant l’ambassade de Maurice à partir de 13 heures, heure locale de Paris.

 



1.Posté par Karo le 26/09/2020 10:51
: « C’est avec les résultats des urnes en novembre 2019, que je suis à nouveau Premier ministre ».
Commes ses troupes n en sont même pas convaincues, il est obligé de leur rappeler.... trop drôôôle ce mec!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.