Menu



Un autre regard

L'image du jour : Joanna Bérenger et le temps du changement entourant la maternité


Rédigé par E. Moris le Jeudi 27 Mai 2021



@ Joanna Berenger
@ Joanna Berenger
C’est la première fois que cela se produit à Maurice. Joanna Bérenger, la députée de la circonscription No16 (Vacoas/Floréal), fait souffler un vent de changement et bouscule les codes entourant la maternité.

Maman de deux enfants, elle a accouché l'année dernière d'une petite fille au doux prénom de Lisa. Si elle avait partagé cette nouvelle sur sa page Facebook, c'est sur les réseaux sociaux que l'élue sous la bannière du MMM a choisi de participer à la campagne en soutien à la maman de Bordeaux qui s'est faite agresser parce qu'elle allaitait son bébé en public. ( Maÿlis, une jeune maman bordelaise, a été giflée en pleine rue par une dame lui reprochant de nourrir son enfant au sein en public.) 

"A Maurice aussi, nous avons du progrès à faire. Des femmes sont encore jugées et/où persécutées parce qu'elles nourrissent leur enfant. "

C'est sous des hashtags pour soutenir l'émancipation de la femme que Joanna Bérenger s'est exprimée ce soir, s'attirant des encouragements féminins et masculins, tout en invitant les autres mamans de franchir le pas et se désinhiber. " #solidarity #timeforchange #normalizedbreastfeeding #postyourpic".

Rappelons que de plus en plus de politiciennes de par le monde amènent leur enfant au parlement, voire l’allaitent en pleine séance. Un geste aussi pragmatique que symbolique. On a ainsi tout récemment vu Irène Kälin, conseillère nationale suisse, participer aux sessions avec son fils de trois mois et demi. Idem pour une députée espagnole en 2016, ou une autre, argentine cette fois, en 2015. Certaines sont même allées encore plus loin en allaitant leur enfant en plein milieu de l’Assemblée, comme la ministre canadienne des Institutions démocratiques, en 2018, et une sénatrice australienne l’année passée. 

Jeudi 27 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.