Menu

Société

L'île Maurice sous perfusion internationale, reçoit un nouveau don de Rs 174 millions du Japon


Rédigé par E. Moris le Samedi 24 Septembre 2022

Dons, emprunts, ligne de crédit par milliards de roupies... Le pays est tenu à bout de bras par les bailleurs de fonds. Mais l’efficacité de cette assistance est difficile à évaluer.



Les opérations "tale lamain" ont un prix. Tout le pays repose sur des projets financés par l'aide internationale et bien souvent avec la main d'oeuvre étrangère. Il s’agit d’une vision qui, depuis 2014, peine à sortir d’une grave crise politico-sociale. L'île Maurice, considérée un temps comme le Tigre de l'Océan indien est soutenue à bout de bras par la communauté internationale, pour ses ponts, son métro, mais aussi des bâtiments administratifs, des dispensaires ou encore des hôpitaux. Les réalisations financées par l’aide internationale sont innombrables. Sans compter les programmes moins visibles.

Sécurité maritime : Le Japon accorde une subvention de Rs 226 millions à l'île Maurice

Cette manne tarde d’ailleurs à porter ses fruits. Puisque sept ans plus tard, depuis le retour des Jugnauth père et fils au pouvoir, le miracle économique ne parvient pas à décoller. Le pays était déjà en difficulté bien avant la pandémie. Si ses aides sont souvent salutaires, elles sont aussi « captée » par les élites et les proches du gouvernement.

Les partenaires se multiplient allant dans une surenchère indécente, dans un vaste plan géopolitique. L’« évaporation » de ces fonds, interpelle surtout quand il est l'heure de demander des comptes.

Un tout nouveau accord s'est déroulé en l’absence du Premier ministre, lors du Conseil des ministres, le vendredi 23 septembre. Steven Obeegadoo a signé avec le Japon une nouvelle assistance financière de Rs 174 millions, pour l’acquisition d’équipement pour les cinq hôpitaux régionaux ainsi que le Cardiac Centre de Pamplemousses, dans le cadre de son "Programme de développement économique et social".

L'île Maurice se fait payer le radar le plus performant d'Afrique par le Japon

Rappelons que le Covid-19 ou le Wakashio ont profité au gouvernement mauricien et a permis de renflouer les caisses. Le 5 août 2020, une signature d’accord d'un don de Rs 100 millions pour l’achat des équipements médicaux dans le cadre du Covid-19, s'est déroulé en présence de l’ambassadeur du Japon à Maurice Yoshiharu Kato et le ministre des finances Renganaden Padayachy, ainsi que l'ancien ministre des Affaires étrangères Nando Bodha. L’objectif là aussi était d’aider le gouvernement mauricien face à la pandémie. 

Rappelons que ce n’est qu’une des facilités obtenues jusqu’ici par Maurice.

Le pays a déjà obtenu de la Banque africaine de développement un prêt de 188 millions d’euros au pays dans le cadre du COVID-19 Crisis Response Budget Programme. 96 millions de dollars, soit environ Rs 4 milliards, du Fonds monétaire international. Il a aussi cherché l’aide de l’Agence Française de Développement et de la Banque mondiale d’environ Rs 25 milliards. Puis, il y a les diverses ambassades et missions diplomatiques qui ont aidé le pays à travers des petits dons, qui ont toute leur importance. Par exemple, l’ambassade des États-Unis a apporté un soutien financier de $ 500 000 à Maurice alors que le haut-commissariat britannique a mis un Covid-19 Fund pour venir en aide à Maurice.

Opération "tale lamain": L'Arabie Saoudite offre un don de Rs 145 millions au Prime minister's Relief Fund

Négociation pour un accord de pêche entre Maurice et le Japon     

Samedi 24 Septembre 2022


1.Posté par Caro le 25/09/2022 12:23
Avec le Japon c est simple c est Fric contre permis de pêches! Voilà pourquoi jugnaute lorgne sur Tromelin … pour la surface de pêche et racler les fonds marins!!! Dans quelques années Maurice et les environs ne seront que ruines et desolation

2.Posté par pharma le 26/09/2022 04:17
Caro a raison. Malheureusement… De toute façon Maurice dépend de l’argent de l’étranger depuis toujours. Il y a toujours un prix à payer et il n’est pas jamais bon.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.