Menu

Société

L'île Maurice citée dans un scandale de montages financiers au Congo


Rédigé par E. Moris le Vendredi 16 Septembre 2022

C'est à partir de trust enregistrés à Maurice que se fait le modus operandi. Voila de quoi ternir l'image du pays, cité dans un scandale de détournement de fonds, de l’argent public congolais (RDC).



Selon cette enquête du journal Le Temps, à partir de vidéos en caméra cachée, Vidiye Tshimanga, un conseiller stratégique du président congolais Félix Tshisekedi, offrirait un accès aux mines du pays en échange d’une commission. Ce dernier s'est vanté auprès de ses interlocuteurs de sa proximité avec le président et proposait de créer avec eux une société dans laquelle il détiendrait une participation déguisée par des prête-noms et des montages offshores opaques. 

En outre, il les a même rassurés que le chef de l’État va être partant car il avait financé sa campagne électorale de 2018. « Si nous faisons des affaires ensemble, je prendrai mon pourcentage de l’investissement et je gagnerai de l’argent. Si je demande au président quelque chose, il donne. Moi, c’est le président. Le président ne fait d’affaires directement », a t-il lâché.

«Nous avons différentes façons de faire... La société ne sera pas à mon nom, car je suis un PEP [politically exposed person], dit-il. «Nous avons des trusts qui sont sur l’île Maurice, nous avons différentes façons de le faire, mais généralement nous mettons les noms des personnes que nous contrôlons dans le pays. Mais c’est nous qui dirigeons. […] Je suis toujours derrière.»

Il a clairement retracé la manière dont certaines « personnalités » procèdent pour s’enrichir illicitement. A la suite de ces révélations, selon le journal en ligne l'Interview CD, le cabinet du chef de l’État de la République du Congo, n’a pas tardé à réagir quelques heures après qu’une vidéo de Vidiye Tshimanga ait fait le tour de la toile. « Toute personne y compris au sein du cabinet du président de la République dont le comportement avéré aura enfreint la loi, la déontologie de sa fonction ou le règlement d’ordre intérieur du cabinet présidentiel, subira la rigueur de leurs effets », lit-on dans ce communiqué signé ce vendredi 16 septembre.

En outre, la même source rappelle que le chef de l’État congolais fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, raison pour laquelle il y a la création de l’Agence Nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC), la réhabilitation de l’Inspection générale des Finances (IGF), la redynamisation de la Cour des comptes et le processus de digitalisation de l’administration publique.

En collaboration avec OCCRP et Le Temps, voici l'intégralité de l'article en cliquant...

 

Crédit vidéo : Le Temps


Vendredi 16 Septembre 2022


1.Posté par Caro le 16/09/2022 17:55
Ça va être un RAPPORT ACCABLANT contre le Pinok????

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.