Menu



International

L'île Maurice au coeur d'une polémique concernant un supposé financement des émeutes en Inde


Rédigé par E. Moris le Vendredi 9 Octobre 2020



Une enquête est en cours en Inde suite aux violences qui ont éclaté la semaine dernière suite au viol en réunion et à l'agression mortelle d'une jeune femme Dalit (communauté anciennement appelée "intouchable"). Les policiers affirment avoir trouvé un lien financier avec l'île Maurice.

Les enquêteurs qui se penchent sur l'affaire Hathras qui a secoué l'Inde ont annoncé avoir fait une nouvelle découverte. Le crime, un viol en réunion, a été suivi par un soulèvement d'une communauté dans l'état de l'Uttar Pradesh.

Un lien entre les violences et l'île Maurice ? Allégation sans substance… même si peut-être vraie ! 

Le parti PFI (Popular Front of India) est un groupe militant extrémiste qui est accusé par le gouvernement indien d'inciter les émeutes qui se sont produites en Uttar Pradesh suite au viol en réunion et meurtre d'une jeune femme Dalit.

Les enquêteurs assurent avoir remonté la piste d'un financement international de ces actions de violence : Ils expliquent avoir fait le lien entre une somme de 50 millions de roupies indiennes (600 millions de roupies mauriciennes) et l'île Maurice, explique India Today. Cet argent aurait notamment été utilisé pour de la propagande.

À noter que le Gouvernement est sous le feu des critiques car son traitement de l'affaire Hathras est jugé comme contestable. L'Etat a d'ailleurs rapidement accusé le mouvement PFI - des opposants - d'être aidé par des financements internationaux.

Ne nous faisons pas d’illusions. Personne à Maurice ne donnerait 500 millions de roupies, même indiennes, pour des émeutes communautaires. Surtout pas les politiciens mauriciens, qu’ils soient amis ou distants de l’Inde. D’ailleurs, à Maurice, on aime recevoir l’argent et non donner… Mais passons…

L’Enforcement Directorate fait sûrement référence au centre financier mauricien ! Ce qui ne serait pas étonnant vu que les autorités indiennes considèrent comme une passoire. L’Inde est plus virulente à l’égard de notre offshore que ne l’est l’Union européenne et le GAFI. Sur ce point, il n’y a pas d’amitié indo-mauricienne ! Nous y reviendrons ! 

Quel crédit accorder à tout cela ? Est-ce que le gouvernement du populiste Modi pourrait inventer un complot international pour camoufler un énième cas de viol et le rôle infect de la police dans cette histoire ? 

N’empêche qu’à Maurice, on prend les choses au sérieux. Une enquête a été ordonnée par le Bureau du Premier ministre, qui considère que l’affaire est être considérée comme prioritaire. Ainsi, la Financial Services Commission et la Banque de Maurice sont sur le pied de guerre. L’on veut déjà établir la véracité de l’information ou alors arriver à la conclusion qu’il s’agit d’une propagande. Mais dans cette éventualité, c’est le gouvernement indien qui serait à l’origine. 

Comme quoi, lorsqu’il faut se sortir d’une situation difficile, Mother India n’a aucun problème à se mettre debout sur la tête de Little Mauritius afin de garder la tête hors de l’eau ou des sables mouvants ! Quitte à ce que Little Mauritius se retrouve étouffé dans la mouise.
 

Vendredi 9 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.