Menu



Société

L’ex-directeur par intérim du CEB, Shamshir Mukoon, arrêté par l’Icac refuse de payer sa caution


Rédigé par E. Moris le Jeudi 3 Juin 2021



L’ancien directeur général du Central Electricity Board interrogé par les limiers de l’Icac sur le scandale de la Centrale St Louis, a été arrêté ce jeudi 3 juin.

Traduit à la cour de Curepipe pour son inculpation pour «public official using office for gratification», Shamshir Mukoon a refusé de payer sa caution de Rs 50 000. Il passera la nuit en détention.

Pour beaucoup, Shamshir Mukoon détient les clés du puzzle St Louis. D’une part, c’est lui qui était en contact épistolaire avec la firme BWSC. Et d’autre part, il a été tenu au courant toute l’enquête interne menée par cette firme. 

Centrale de Saint-Louis : Qui au sein de l'administration mauricienne a eu la patte graissée par la firme BWSC?
 
Pour rappel, une équipe de l’Icac était en déplacement au Danemark. Elle avait pu obtenir une copie du rapport de la Banque africaine de développement qui fait des allégations de pots de vin et de corruption pour l’allocation du contrat de la Centrale St Louis à la firme danoise, Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC). 

Bertrand Lagesse qui était représentant de la BWSC à Maurice ainsi que Alain Hao Thyn Voon de PAD CO ont été arrêté dans le cadre de cette affaire.

Nouvelle arrestation dans l’affaire St-Louis. Shamshir Mukoon, l’ex-directeur par intérim du Central Electricity Board, a été arrêté par la Commission anticorruption (Icac) ce jeudi matin 3 juin sous une accusation provisoire de «public official using office for gratification».

L’enquête sur les alllégations de pots-de-vin versés par la firme danoise Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC) à des « officiels » mauriciens pour le projet de remise à niveau de la centrale électrique de St-Louis connaît ainsi un développement de taille.

Jeudi 3 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.