Edito de Moris

[L'édito de Moris] Le Budget 2018/2019

Mardi 19 Juin 2018

Illustration Kok.dessin
Illustration Kok.dessin

Pravind Jugnauth a souhaité nous offrir le meilleur de lui même en décidant de présenter son Budget le jour du lancement de la Coupe du monde et où toute la communauté musulmane ainsi que l'ensemble des mauriciens avaient comme une unique priorité la tête vers le ciel pour observer la Lune. 

C'était un bon jour pour lui selon les astres et l'avis de son astrologue. La nouvelle lune était jeudi dernier, jour de Vishnu qui préserve les acquis.
De lune on n'a rien vu. 
Le ton était donné. La suite ne fait que confirmer que c'était fichu d'avance. 

Le malaise d'une assistante parlementaire arrivera même à voler la vedette au Grand Argentier. Maquillé comme une poupée de cire, coiffé comme un croque mort avec une dentition aussi parfaite que le rôle de Lady en jeune ingénue. Le Budget est à l'image du couple et de ce mandat. Mou, superficiel, populiste et sans grande vision. Un machin préparé par de supers conseillers grassement payés mais avec toute l'incompétence dont ils ont le secret. 

On ne cesse pourtant de le dire et le répéter, celui qui a pour objectif de rendre intelligent et populaire Jugnauth junior n'est pas encore né. A quoi bon laisser des novices qui n'ont jamais brillé par leur génie jouer aux apprentis sorciers. 

L'hystérie que suscite cette nouvelle mesure qui permettra aux étrangers d'obtenir le passeport mauricien moyennant 500 000$ et l'obtention du passeport mauricien pour un million de dollars, vient du contexte politique miné par la corruption à tous les niveaux. La défaillance du système ne permet pas de s'appuyer sur le ministère de Bonne Gouvernance et de Transparence, le ministre himself, est assujettie a une enquête. La levée de boucliers est certes disproportionnée mais légitime. 

Ça reste pourtant petit joueur. Le mauricien ne vaut que un million de dollars ? On perd des points dans l'échelle de la surenchère. Et dire que nous venons de fêter nos 50 ans d'Indépendance avec frasques. 

L'idée n'est pas de refuser des rentrées de gros capitaux ou de refuser la nationalité à un étranger. L'ouverture aux compétences étrangères est souhaitable, voire indispensable. Le concept a fait ses preuves ailleurs. On accueille déjà de riches étrangers qui se sont offerts une retraite dorée à travers des villas et duplex sous l’Integrated Resort Scheme ou le Real Estate Scheme. Mais avec cette mesure le piège c'est qu’il ne sera plus nécessaire de faire une acquisition immobilière pour obtenir un permis de résidence et un Occupation Permit. Que va t-on faire de nos smart shitty, ces petits ghettos pour riches ? 

Quelle est la raison qui pourrait motiver un étranger de s'offrir la nationalité mauricienne ? "Brader " la citoyenneté mauricienne n'a pourtant rien de nouveau. Robin Sharma le gourou du leadership et auteur du célèbre : "The Monk Who Sold His Ferrari" est devenu mauricien sous le régime de Ramgoolam pour avoir participé à un congrès de l'aile jeune du PTr. Selon Robin Sharma c'était suite à un coup de coeur pour l'ile qui lui a permis d'obtenir le passeport mauricien en moins de six mois. 

Il est fort à parier que nous aurons sur les bras de nouveaux amoureux transis de notre petit Eldorado et paradis fiscal. 

Rédigé par Édito Moris le Mardi 19 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.