Portrait satirique

L'avoué Kaviraj Bokhoree continue ses frasques avec fracas.

Mardi 10 Juillet 2018

Le bureau de Maître Rama Valayden a été saccagé mardi après-midi 10 juillet. 

L’épouse de l’avocat a porté plainte contre l’avoué Kaviraj Bokhoree. Ce dernier aurait été identifié par un des employés de Rama Valayden. 

Cet acte de vandalisme fait suite à des honoraires non-payés.

Ce n'est pas la première fois que l'avoué Bokhoree fait parler de lui pour des excès en tous genre.

L'avoué Bokhree avait songé à se présenter lors de la partielle n°18 l'année dernière. Ancien lauréat, brillant, il fut pourtant interné à l'hôpital psychiatrique à Brown-Séquard en 2011.

On a même voulu le radier du barreau. 

Pour anecdote, monsieur entrait à la Cour suprême et mettait ses pieds sur les tables. Il parlait fort, insultait les juges. Une fois devant la cour suprême, il a balancé un dull puri sur un policier. 

Une autre fois, il parlait si fort qu'un juge lui a dit qu'il n'était pas au marché. Et là, il a dit au juge qu'on n'était pas non plus dans une église, faisant ainsi référence aux activités extrajudiciaires de ce juge. 

En 2015, il avait saisi la cour suprême pour empêcher la tenue du meeting du 1er mai de l'alliance Lepep, car selon lui ce jour-là c'était le jour du marché et le meeting allait empêcher le bon déroulement du marché de Vacaos.

L'avoué Bokhoree est souvent médiatisé pour de bonnes et nobles causes. Il avait saisi la justice et a obtenu un délai non négligeable en représentant les habitants de Résidence Barkly.

Après la crise de paternité de certains avocats pour défendre les plaignants, Me Kaviraj Bokhoree s'était retrouvé seul devant la juge Rita Teelock, le panel d'avocats entre pitreries et gesticulations s'étant retiré les uns après les autres du dossier.

Ça ne semble pas grand chose mais Me Bokhoree a très certainement évité le pire face à l'indignation unanime et collective qu'a suscité cette expulsion, le temps que les choses s'apaisent. 

 

Rédigé par E. Moris le Mardi 10 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.