Menu

Société

L’avocat de Suren Dayal n’a pu répondre aux questions des Law Lords


Rédigé par E. Moris le Mardi 11 Juillet 2023



Me Timothy Straker avait bien commencé sa plaidoirie. Il a réussi à instiller le doute dans la tête de certains. « Il y a eu violation de l'article 64 de la loi sur la représentation du peuple », a-t-il déclaré. Il a expliqué que le fait de faire cette promesse, qui a été reprise dans le manifeste électoral, équivaut à une bribe électorale.

Pour lui, il y a des choses précise qu’un candidat ne peut faire. L’une d’elles est le fait de faire des promesses pouvant faire bénéficier aux gens un bénéfice financier. Il a insisté que « la Cour suprême de Maurice a commis une série d'erreurs », dont l’un est de n’avoir su faire la distinction entre le candidat et le parti.

Mais c’est lorsque les Law Lords ont commencé à questionner Me Timothy Straker KC qu’un parfum de roussi s’est fait sentir. Un lui a demandé de distinguer entre une promesse normale et une bribe électorale. Un autre a souligné que la promesse de la pension a bénéficié à tout le monde et non un groupe en particulier. À un moment, un Law Lords lui a dit que d’après son argument, il faut éliminer toutes les promesses électorales sur les pensions à Maurice. Un autre lui a demandé si les électeurs ne doivent pas savoir pourquoi ils doivent voter pour un candidat précis. Me Timothy Straker n’a pu répondre correctement à toutes ces questions.

Mardi 11 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H