Menu

Société

L'avocat Rutnah envisage d’entamer une grève de la faim


Rédigé par E. Moris le Lundi 6 Juin 2022

Va-til passer à l'acte ou n'est-ce qu'un grand bluff ? Apparemment, les vidéos de torture mise en ligne aurait perturbé le sommeil de Ravi Rutnah.



Il aurait écrit à la cheffe juge Rehana Mungly Gulbul demandant le renvoi de tous ses cas en cour à partir de ce lundi 6 juin. L'homme loi avait menacé d'entamer une grève de faim sur le plateau de Top FM, dans l'émission Temp la So, si tous les policiers impliqués ne sont pas arrêtés dans les plus brefs délais. « Que tous les policiers impliqués dans cette affaire. Au cas contraire, j’entamerai une grève de la faim »

Dans sa correspondance, Me. Ravi Rutnah parle de policiers voyous et avance que c’est une tactique pour perdre du temps et permettre aux officiers impliqués d’interférer avec des témoins et manipuler des preuves. Dans une autre lettre adressée au commissaire de police, Ravi Rutnah  fait état de la même chose et se dit indigné que les policiers en question n’aient toujours pas été arrêtés. L’homme de loi reproche à Anil Kumar Dip de faillir à ses responsabilités de protéger la société. Ravi Rutnah déplore qu’à ce jour, seuls trois policiers aient été arrêtés.

 

Les bons, les truands et les policiers ! L’inspecteur Dorochoonee, le sergent Reedoye et le constable Gokhool ont été présentés devant le tribunal de Pamplemousses à la mi-journée pour leur mise en inculpation provisoire.

Une charge de torture a été retenue contre eux. La police a objecté à leur libération sous caution, indiquant que c’était pour leur propre sécurité et qu’ils risquaient d’interférer avec des témoins. L’inspecteur Dorochoonee, le sergent Reedoye et le constable Gokhool ont été reconduits en cellule policière en attendant leur prochaine comparution le 7 juin prochain.

Lundi 6 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.