Menu



Société

L'appel des artistes : Absence remarquée de Sandra Mayotte candidate de l'Alliance Morisien


Rédigé par E. Moris le Dimanche 27 Octobre 2019

L’association des auteurs, compositeurs et interprètes a réuni ses membres à Plaine-Lauzun, ce dimanche matin 27 octobre afin de faire entendre leurs voix dans le cadre des enjeux des législatives 2019.



Capture d'écran.
Capture d'écran.
Les leaders politiques ont été conviés à participer à ce rassemblement. A l’appel des artistes, Paul Bérenger, leader du MMM, Navin Ramgoolam, leader du PTr, Xavier-Luc Duval leader du PMSD et Roshi Bhadain du Reform Party ont répondu présents, sauf Pravind Jugnauth et Ivan Collendavelloo qui ont décliné l’invitation.

Après avoir écouté les doléances des artistes, notamment la hausse de leurs royalties, le manque d'encadrement pour la formation à l'étranger, la création d’un statut de travailleur de l’industrie musicale ou encore la mise sur pied d’un National Arts Council ayant pour vocation de s’occuper des artistes.

Les hommes politiques ont pris chacun à leur tour la parole et ont condamné à l'unanimité  le tarif de 68 sous que reçoit un artiste local quand son morceau est diffusé à la radio.

Bérenger s’est dit ouvert à la proposition d’un National Arts Council, Navin Ramgoolam souhaite une gestion sans ingérence des fonctionnaires, Xavier Duval propose de de faire baisser les frais des artistes se produisant sur scène. 

Notons l'absence remarquée de Sandra Mayotte , chanteuse et ex-animatrice de la MBC. Elle est la nouvelle recrue de l'Alliance Morisien (MSM-ML) pour l'investiture dans la circonscription numéro 14 (Savanne/Rivière-Noire) : «Je ne permettrai à personne de dire qu’un animateur de la radio ou un artiste n’a pas sa place au parlement». Soulignons  l'absence de ses leaders qui ont également décliné l'invitation.



 

Dimanche 27 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.