Justice

L'ancien maire de Quatre-Bornes, Roshan Seetohul écope de 150 heures de travaux communautaires

Jeudi 13 Décembre 2018

L’ancien maire de Quatre-Bornes, Roshan Munee Seetohul, aura à effectuer 150 heures de travaux communautaires pour conflit d’intérêts après avoir contesté sa condamnation devant la Cour suprême.


Le verdict est tombé mercredi 12 décembre 2018, en cour intermédiaire. 

L'ancien maire de Quatre-Bornes Roshan Munee Seetohul avait été condamné à neuf mois d’emprisonnement, par la cour intermédiaire pour conflit d’intérêts.  Il lui était reproché d’avoir attribué un étal à sa femme, Sandhya Devi Seetohul, née Dookhurrun, à la foire de Quatre-Bornes. 

La cour a commué sa peine en 150 heures de travaux communautaires qu’il effectuera les mardis, les mercredis et les vendredis  de 10 heures à 15 heures au Head Office du Probation Office à Beau-Bassin, à partir du 28 décembre 2018. 

Il devra tous les quinze jours suivre des « counselling sessions » qui débuteront le 7 janvier 2019 et devra se présenter de nouveau devant la cour intermédiaire le 31 janvier 2019.

L’ancien maire de la ville des fleurs Roshan Munee Seetohul est un familier des "petits arrangements". Il avait échappé en 2016 à une amende et à la démolition d’une annexe de sa maison. Poursuivi pour construction illégale, il a été relaxé, pour des failles notées dans le dossier. La municipalité accuse l’ancien maire d’avoir transformé la structure en espace commercial sans détenir de permis ni plus ni moins.
 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 13 Décembre 2018


1.Posté par maurice de lisle le 13/12/2018 11:32
laver les chiottes pibliks !!!!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.