Menu

Société

L'ancien Gouverneur de la Banque de Maurice, Bheenick revient dans l'actualité


Rédigé par E. Moris le Vendredi 30 Septembre 2022



Rundheersingh Bheenick veut faire un trou de Rs 50 millions dans les comptes de l'État. C'est le montant qu'il réclame conjointement au commissaire de police, l'État et Heman Jangi. Le procès qu'il a initié contre ces trois défenseurs a été appelé devant la juge Mohanasundary Naidoo la semaine dernière.

Rappelons que Bheenick a été Gouverneur de la Banque de Maurice à trois reprises. Il avait été botté de son poste à l'arrivée du nouveau gouvernement Lepep le 26 décembre 2014. Un drôle de Noël pour lui. Sauf que le secrétaire de l'institution avait consigné une déposition au CCID le 12 février, indiquant qu'il y a des raisons de croire que le plaignant aurait, en sa possession, des dossiers sensibles. La police avait obtenu un mandat de perquisition pour fouiller son domicile à Moka. Le 13 février 2015, des policiers ont effectivement saisi des documents appartenant à la banque ainsi que des devises étrangères.

Rundheersingh Bheenick a été arrêté, conduit au CCID avant d'être admis à la clinique privée Apollo Bramwell Hospital. Une accusation provisoire de blanchiment d'argent et possession de documents de la BoM avait été retenue contre lui. Rundheersingh Bheenick soutient qu'il est victime d'un complot. Il affirme que le DCP Heman Jangi lui en voulait car il voulait que sa fille soit recrutée à la Banque de Maurice. Elle l'a été après le départ de Rundheersingh Bheenick. Mais l'ancien gouverneur, qui avait fait polémique avec ses frais de bouche princiers, estime que la décision de l’arrêter et le maintenir en cellule policière constitue un abus de pouvoir de la police. Il ajoute que son image et sa réputation ont été affectées. D'où sa réclamation en dommages de Rs 50 millions. L'affaire a été renvoyée à une date ultérieure.

Vendredi 30 Septembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.