Menu

Société

L’affaire John Brown ne fait que commencer


Rédigé par E. Moris le Jeudi 4 Novembre 2021



C’est un nom qui est entré dans la légende… notamment grâce à Bob Marley. Le John Brown mauricien, Louis John Brant Vivien pour l’état civil, est loin d’être shérif. Il serait plutôt bandit, ayant déjà été arrêté pour possession d’une grande quantité de drogue.

C’était il y a plus de 5 ans. Mais John Brown, 38 ans, clame que son arrestation du 29 avril 2020 à sa résidence à Résidence Sainte-Claire, Goodlands, est tout ce qu’il y a d’illégale. C’était lors d’une opération de l’ADSU de Flacq, avec la participation du Groupement d’intervention de la police mauricienne. John Brown insiste qu’à aucun moment, ce jour-là, il n’avait de sac en plastique contenant 69,9 grammes d’héroïne et 69 grammes de drogue de synthèse, en main.

C’est pourtant la version de la police. Sauf que certaines images des caméras de surveillance tendent à accréditer la version du dealer présumé. Cette affaire s’est transformée en cauchemar pour la brigade antidrogue de Flacq. D’ailleurs, la police n’a pas objecté à la remise en liberté conditionnelle de John Brown le 4 juin 2020. Cela, alors qu’il est généralement compliqué pour les dealers de retrouver l’air libre. Notons que John Brown accuse la police de l’avoir piégé…

Mercredi, l’affaire a été appelée en cour devant le tribunal de Mapou. Louis John Brant Vivien était présent. Mais il a été déçu. En raison de l’absence de deux policiers, dont l’enquêteur principal, l’audience a été renvoyée au 15 novembre. Notons que l’enquêteur est en auto-isolement. Ce qui a eu le chic d’énerver John Brown. « Pourquoi les policiers en question n’étaient-ils pas présents en cour ? À chaque fois, je dois me déplacer en cour pour rien », a déclaré celui qui semble être le rastaman de l’affaire.

Jeudi 4 Novembre 2021


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 04/11/2021 12:32
ADSU corrompu comme le PM.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.