Menu


Société

L’Icac se plaint dans son rapport annuel de la "mauvaise foi" de certains organismes d'Etat


Rédigé par E. Moris le Samedi 21 Novembre 2020



Les divers ministères et organismes de l’État ne font pas preuve d’un soutien sans faille. C’est ce que souligne la Commission anticorruption dans son rapport annuel pour l’année 2018-2019.

L’organisme va jusqu’à déplorer de la mauvaise foi de la part de certains. Ce qui horripile la direction de l’Icac, c’est que certains ministères et corps parapublics ne font rien pour « intégrer des mécanismes d’anticorruption dans leur système ». Apparemment, ils ne sont pas très chauds pour conscientiser leurs employés sur les dangers de la corruption.

Pour l’Icac, c’est « l’un des plus gros obstacles » dans le combat contre la corruption. L’Icac égratigne aussi le secteur privé. Elle estime que la corruption ne fait pas partie de ses priorités. Soulignons que Navin Beekarry, le directeur de l’Icac, prône la création d’un organisme mammouth qui regrouperait toutes les agences engagées dans la lutte contre la fraude et la corruption. Il évoque la Financial Crime Agency.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.