Menu


International

L’ICIJ revient sur le rôle de Maurice dans la gestion des affaires d’Isabel dos Santos


Rédigé par E. Moris le Mercredi 26 Février 2020



Dans un article bien documenté certes, mais qui va dans tous les sens et dont l’auteur, tel le journaliste d’un ancien temps, ne fait rien pour simplifier la lecture, l’International Consortium of Investigative Journalists publie un article sur son site pour évoquer le rôle de l’offshore mauricien dans les affaires d’Isabel dos Santos, fille et héritière de l’ancien dirigeant angolais.

L’article évoque quelques informations d’importance planétaire. Primo, que certaines des sociétés du clan dos Santos étaient gérées à partir de management companies basées dans l’offshore mauricien.

Luanda Leaks : "La princesse du Luanda" est accusée d'avoir détourné plus d'un milliard de dollars.

Deuxio, que les Dos Santos voulaient bâtir un empire, à partir du commerce de bière, à travers des sociétés écran se trouvant dans l’offshore mauricien. Tertio, il explique que les Dos Santos, à travers des intermédiaires, ont contactés des compagnies connues et moins connues à Maurice en vue de les engager. Et que Maurice allait jouer un rôle clé dans les plans des Dos Santos pour réorganiser les opérations de son enseigne Mstar, impliqué dans la téléphonie.

Jean-Claude Bastos et le fils de l'ex président Dos Santos incarcérés pour "détournement de fonds".

Les « Luanda Leaks »  , du nom de la capitale de l’Angola, ont pu voir le jour grâce à une fuite de données orchestrée par un ou des anonymes depuis la société de gestion financière d’Isabel dos Santos basée au Portugal, « probablement issues d’un piratage informatique », selon Le Monde.

L’enquête de l’ICIJ révèle entre autres que des sociétés de conseil occidentales, telles que PwC et Boston Consulting Group, ont « apparemment ignoré les signaux d’alarme », en aidant la « Princesse de Luanda » à cacher des biens publics. 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.