Menu

Régions Océan Indien

L'Hôtel Plaza, à Curepipe au coeur de la polémique: Conditions de mise en quarantaine déplorables des Agaléens


Rédigé par E. Moris le Lundi 21 Mars 2022



@ Ras Koko Franco
@ Ras Koko Franco
Traitement «déplorable et inhumain». Les mots sont lâchés. Ceux placés en quarantaine dans un pseudo hôtel à Curepipe sont ulcérés par le traitement dont ils ont droit. Ils dressent tous un tableau assez sombre de ces journées coupés du reste du monde.

Quarantaine à l'hôtel Plaza, à Curepipe : Rs 14 000 pour 7 jours. 

À l’intérieur, pas de climatisation, les conditions sanitaires sont infectes. Une situation qui met à rude épreuve la patience fortement éprouvée des Agaléens, forcés à l'isolement. Surpris, désabusés et choqués. La question est posée : Y aurait-il une forme de "discrimination" envers les Agaléens, sont-ils des voyageurs de seconde zone, dans ces hôtels transformés et aménagés en centres de quarantaine pour les Agaléens ? 

Ils dénoncent, également, les conditions de vie dans l'hôtel : "Les toilettes sont insalubres alors que nous parlons d’hygiène. On peut même glisser et se casser la figure. Je peux dire que  l'hôtel ne respecte pas les règles imposées".
 
Les conditions de vie et ce placement à l'écart de la société par l'OIDC, risquent de ne pas être sans incidence sur leur santé mentale et leur physique comme le dénonce cette voyageuse. "Qu’avons-nous fait pour mériter ça ?".



 

@ Ras Koko Franco
@ Ras Koko Franco

@ Ras Koko Franco
@ Ras Koko Franco

Lundi 21 Mars 2022


1.Posté par Caro le 21/03/2022 09:20
On veut vider Agaléga de SES habitants afin de faire place nette aux indiens qui vont coloniser l île…

2.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 21/03/2022 18:46
Jugnauth vend Maurice à Modi par petits bouts mais surement.
Il faut le stopper avant qu'on crache et fasse tous pipis par terre, si ce n'est pas tata et qu'on nous prenne pour des intouchables.
Jugnauth OUT.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.