Société

L’ASP Boodhram enfonce Mario Nobin concernant le passeport de Mike Brasse

Vendredi 26 Avril 2019

« J’ai agi sur les instructions du Commissaire de police ! ».

C’est ce qu’a déclaré l’assistant surintendant de police Narendrakumar Boodhram aux officiers du Central CID qui enquêtent sur l’octroi d’un passeport temporaire à Mike Brasse.

Ce dernier avait été arrêté à La Réunion le 11 novembre 2016. Les révélations de l’ASP Boodhram datent du jeudi 4 avril 2019. Il a expliqué avoir reçu un appel du CP en personne qui lui a dit de « faire de sorte que Brasse obtienne son passeport ».

Pour le haut gradé qui, rappelons-le, vient d’être muté du Passport and Immigration Office, il s’agissait d’instructions claires pour qu’un passeport soit remis à Mike Brasse.

Lors de son arrestation, ce skipper avait 42,2 kilos d’héroïne en sa possession. La valeur était estimée à environ Rs 600 millions. Mike Brasse a déjà été condamné à huit ans de prison par la justice réunionnaise.

Rappelons que Mike Brasse devait se rendre à La Réunion pour récupérer son speed-boat l’Ilot Gabriel. Et sans surprise, ce serait ce bateau qui a été utilisé pour transporter de la drogue sur l’axe Madagascar-Réunion- Maurice. Effectivement, après l’intervention de Mario Nobin, Mike Brasse a pu voyager avec un « restricted passport » trois jours plus tard.

Notons que Mike Brasse est retourné à Maurice et c’est lors d’un autre déplacement, cette fois avec un passeport en bonne et due forme, qu’il a été arrêté. L’ASP Boodhram a donc enfoncé Mario Nobin début avril. Sa mutation du Passeport and Immigration Office deux semaines plus tard aurait-elle un lien avec ces dénonciations ?

Rappelons qu’il fait l’objet d’une enquête de la police. Il avait fait une entrée dans le registre officiel du département en indiquant qu’il s’était blessé sur son lieu de travail, à proximité des toilettes. Mais sa hiérarchie estime qu’il a menti. D’où l’enquête et sa mutation !

Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.