Faits Divers

Kusraj Lutchigadoo, l'évadé de prison break : amateur de thé

Samedi 29 Septembre 2018

Il semble qu’il n’y ait plus d’affaire Luchigadoo. Les analyses du Forensic Science Laboratory (FSL) n’ont révélé aucune trace de drogue dans les substances saisies dans un laboratoire clandestin à Triolet.


Kusraj Lutchigadoo, l'évadé de prison break : amateur de thé
Les policiers soupçonnaient Kusraj Luchigadoo de préparer de la drogue synthétique dans le laboratoire clandestin. Il avait été arrêté à Triolet dans la nuit du 30 mars 2018. Outre les produits saisis, une somme supérieure à Rs 300 000 avait été retrouvée sur le jeune homme. 

Le 23 avril, il s'était évadé "provisoirement" de sa cellule au centre de détention de Vacoas grâce à l’aide d’Ashish Dayal, détenu et «star witness» de la police dans le procès contre Gro Dereck, pour prendre "l'air".

Kusiraj Lutchigadoo  a été remplacé par un individu dans sa cellule, alors qu’un véhicule l’attendait  dans l’enceinte du poste de police de Vacoas. Ce n’est qu’au courant du mois de mai que cette affaire s’est ébruitée. Fait troublant les données de son cellulaire se sont effacées.

Si Kusraj Lutchigadoo pourra échapper à des poursuites pour trafic de stupéfiants, il sera inculpé de fabrication de drogue synthétique. C’est ce que prévoit l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) après avoir obtenu confirmation de la police scientifique que le mélange de feuilles de thé en poudre et de solvants retrouvé dans le laboratoire clandestin au domicile de la belle-famille du mécanicien à Sewraj Road, Triolet, n’est pas de la drogue synthétique.

La bande annonce prête à sourire.

Le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) souligne que le mélange était fin prêt pour être transformé en drogue synthétique. Mais il manquait de la drogue synthétique pure, pour que ce lot soit prêt à la commercialisation. 

Me Rama Valayden, l’un des quatre avocats de Kusraj Lutchigadoo a présenté une motion afin que l’accusation provisoire de trafic de drogue soit rayée et que son client soit remis en liberté. La décision du Directeur des poursuites publiques (DPP) est attendue le mercredi 3 octobre prochain.

Lire également : 

https://www.zinfos-moris.com/Un-parrain-de-la-drogue-et-des-flics-ripoux_a249.html


 

Rédigé par E. Moris le Samedi 29 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.