Menu


Société

Ken Arian a raté une nouvelle fois, une excellente occasion de se taire


Rédigé par E. Moris le Samedi 8 Août 2020



A la Rédaction de Zinfos Moris, ce n'est pas la première fois que nous révélons les bourdes et maladresses de la cellule de communication du Premier ministre, notamment celle de son conseiller Ken Arian.

Pravind Jugnauth devient la risée du Net, Ken Arian pète un cable contre la presse

Avec Zouberr Joomaye, Ken Arian a bien des choses en commun. Leur omniprésence dans Lakwisin de ces hommes de l'ombre considérés comme des "blue-eyed-boy".

« Ce n’est pas le profil officiel du Premier ministre. C’est un fake profile (…) », a déclaré Ken Arian

Ce samedi, Ken Arian ancien steward au sein de Air Mauritius, a déclaré que le protocole de sauvetage a été déclenché dès le premier jour, concernant le naufrage du vraquier échoué à Pointe d'Esny depuis le 25 juillet dernier.

Ces « types qui n’y connaissent rien »… mais qui, membres du cabinet du Premier ministre, font parfois la loi à la place de leur patron.

Lors d'une émission sur les ondes d'une radio privée, Ken Arian précise face à ses interlocuteurs que « le protocole de sauvetage a été déclenché dès le premier jour du naufrage de Wakashio à Pointe-d’Esny et l’équipe de sauveteurs est arrivée peu de temps après. L’opération d’intervention des autorités a été pénalisée en raison d’un manque d’équipements hi-tech...»

Parce que pour Ken Arian, son projet c’est « goré »…

Selon, celui qu'on surnomme en coulisse, la poupée Barbie du gouvernement, a révélé que « Nous devons avoir la coordination du capitaine du bateau, du commandant des opérations de sauvetage (salvage master) ainsi que des autorités pour que nous puissions réussir cette opération.»

"Evidaman", plus de treize jours après le naufrage, l'enquête piétine, alors que l'île Maurice fait face à la pire crise écologique de son histoire !

Lire également : Ken Arian, de steward à..."super conseiller" du Premier ministre


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.