Menu



Politique

Kalpana Koonjoo-Shah en mode «pa moi sa»


Rédigé par E. Moris le Mercredi 5 Mai 2021



La réaction de la ministre de l'Egalité des genres était attendue à la suite des propos «injurieux» proférés au sein de l'assemblée nationale.

Kalpana Koonjoo-Shah en mode «Dir mwa kot monn foté ?»

L'extrait de la séance d'hier met en évidence des propos tenus par Kalpana Koonjoo-Shah, pensant peut-être que son micro était fermé, lors des débats sur le Mental Health (Amendment) Bill. Interrompant de façon intempestive la députée du MMM, Joanna Bérenger, qui intervenait lors des débats sur ce projet de loi, la ministre était déjà d'une humeur agressive lorsque la députée faisait des suggestions pour réformer le système de santé mentale. A croire que la Santé est la chasse gardée du MSM.

“Mister Speaker Sir… BOU** TO L*K* P****"

Kalpana Koonjoo-Shah se défend sur les ondes d'une radio privée ce matin et jure de ses grands dieux ne pas avoir tenue des «propos inappropriés», parlant de «vidéo manipulée» et envisage d’initier des actions légales. Et va jusqu'à accuser «Zamé mo ti pou pansé ki l’opposition pou tomb dans enn telle bassesse (…)». Elle réclame une enquête au niveau du Parlement pour tirer au clair cette affaire.

Nombreux se posent la question comment une vidéo peut être manipulée en direct sur la chaine  Parliamentary TV et retransmise sur la MBC et repris par les différents médias.

Rappelons que ce n'est pas la première fois que la ministre Kalpana Koonjoo-Shah s'en prend à la députée Joanna Bérenger. A de nombreuses reprises c'est à la limite du crêpage de chignon ! Que faisait-elle lorsque les députés du gouvernement se moquaient de Johanna Bérenger et l’accusait d’être une « voleuse » et « la fille d’une voleur » ? Non, non, non, la ministre de l’Égalité des genres n’a pas rigolé. Elle ne s’est pas moquée de la députée mauve ! C’est du moins ce qu’avait juré Kalpana Koonjoo-Shah et les "Pom-pom Girls" du MSM.
 

Mercredi 5 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.