Menu

Politique

Jugnauth : « La rue appartient aussi à ceux qui font confiance à mon gouvernement »


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Juin 2022

Le Premier ministre a été le dernier à intervenir sur le budget, avant que le ministre des Finances ne fasse son summing-up.



Pravind Jugnauth a évoqué une série de sujets. D’abord, concernant les pétitions électorales, il a déclaré qu’à chaque fois qu’il a mordu la poussière, il n’a jamais blâmé une quelconque institution. Il a expliqué qu’il n’a jamais critiqué la commission électorale ou le commissaire électoral lorsqu’il n’a pas été élu en 2005. « Je n’ai jamais pointé du doigt les magistrats ou le judiciaire après que j’ai perdu une affaire en cour », a-t-il déclaré. 

Évoquant les propos de certains dirigeants de l’opposition, qui auraient demandé à la population de descendre dans la rue, Pravind Jugnauth a déclaré qu’il ne faut pas oublier que la rue « appartient aussi à ceux et celles qui continuent à faire confiance à mon gouvernement ». Pour lui, il faut faire gaffe au vœu de cette majorité silencieuse. « Ces personnes ne vont pas accepter que le pays bascule vers le chaos. Certains seraient mal-inspirés d’interpréter le silence de la majorité de la population comme une faiblesse », a-t-il déclaré. Pour Pravind Jugnauth, tout ce que l’opposition a en tête, c’est de déstabiliser le gouvernement. 

 

Plus tôt, il a déclaré que le gouvernement est toujours en quête d’améliorer la qualité de vie de la population. Et ce, quelle que soit la situation. « Nous avons systématiquement payé la compensation salariale », a-t-il déclaré. Le Premier ministre a ajouté que sans la pandémie, Maurice serait resté dans la catégorie des pays à hauts revenus. Il a ainsi fait une comparaison avec le gouvernement de 2005-2014 qui, selon lui, a surchargé la population la population avec toutes sortes de taxes. « Cela, alors que les dirigeants d’alors n’étaient pas confrontés à une situation similaire à la Covid-19 ou la guerre entre l’Ukraine et la Russie », a-t-il souligné. 

Et d’ajouter que dans les critiques de l’opposition, concernant l’augmentation du taux d’inflation, il y a un aspect qui n’est pas dit. C’est qu’il y aura des mesures de compensation lors des négociations triparties, soit avec la compensation salariale. Pour lui, l’opposition a « échoué lamentablement ». 

Il a enfin évoqué l’extension de la pension aux veuves musulmanes dont le mariage religieux n’avait pas été enregistré jusqu’ici. Pour lui, c’était quelque chose qui aurait dû être fait depuis belle lurette. Il a insisté que le gouvernement a déjà analysé la portée légale. « C’est justice qui est faite à ces personnes », a-t-il déclaré. 

Concernant l’industrie des courses, Pravind Jugnauth a approuvé les mesures apportées. « Il n’y aura plus de monopole désormais. Plus jamais un organisateur des courses ne pourra prendre l’industrie des courses en otage. Plus jamais personne ne pourra se liguer pour agir comme un état dans un état. Cette industrie a un énorme potentiel économique. Elle ne peut rester l’apanage d’un petit groupe », a-t-il déclaré. Il a aussi accusé le MMM d’avoir défendu Jean-Michel Giraud. Le Premier ministre a laissé entendre que ce dernier aurait fait un montage financier afin de financer le MMM. 

Pour lui, le gouvernement est crédible, d’où le fait qu’il bénéficie de la confiance des Mauriciens dans leur grande majorité. Alors que l’opposition, de son côté, s’emmêle dans les contradictions. Pravind Jugnauth dit regarder l’avenir avec optimisme.

Samedi 18 Juin 2022


1.Posté par Seewoosagur le 18/06/2022 20:58
Avec une "opposition" comme celle-là il est tranquille le dictateur.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.