Société

Journée mondiale de la prévention du suicide ce lundi 10 septembre 2018

Lundi 10 Septembre 2018

On le sait il y a des Journées mondiales pour tout et souvent n'importe quoi, mais il y a aussi des journées dans notre calendrier qui nous offre l'occasion de communiquer et mettre en lumière, une cause, une maladie...Le suicide est l'un des sujets les plus délicats et les plus mystérieux d'une société.


Journée mondiale de la prévention du suicide ce lundi 10 septembre 2018
Toutes les 40 secondes, une personne met fin à ses jours à travers le monde. A Maurice, une centaines de personnes se donnent la mort chaque année dans un acte désespéré.

Le mot suicide est applicable à "l'acte de se tuer d'une manière habituellement consciente en prenant la mort comme moyen et comme fin" (G.Deshaies).

Illusion du vide, folie. Entre ce point extrême et le suicide noble, à l'antique, où la lucidité de l'individu est totale (Socrate), s'étend une large zone où le suicide n'est ni un acte involontaire ni un acte de liberté.

Le caractère passionnel est évident. La motivation ? un chagrin qui aurait pu être vite surmonté, un ennui passager, une dépression qui aurait dû rester sans conséquence.

Il y a des prédispositions à l'envie d'en finir.
Dans le suicide passionnel, on observe une sorte d'aberration. La mort n'est pas clairement conçue en tant que disparition définitive, cessation de toute vie. On se tue pour se valoriser, impressionner l'entourage, le punir, jouir par une sorte de plaisir posthume de sa stupeur.

1) Le moyen choisi pour se tuer est révélateur de la sincérité et de l'équilibre psychique de celui ou de celle qui accomplit l'acte de suicide.

2) Certains suicides sont lucides, celui de l'homme qui veut se soustraire à de trop grandes souffrances physiques ou morales ou qui se sacrifie pour un être cher, celui du héros qui fait passer la cause qu'il défend avant sa propre vie.

3) La religion en dépit des interdictions qu'elle comporte à cet égard, ne parvient pas toujours à freiner chez les croyants l'impulsion suicidaire.

4) Les facteurs connus sont les échecs scolaires et les rapports relationnels conflictuels avec la famille qui poussent, dans de nombreux cas, les jeunes à songer au suicide. La descente aux enfers, pour les adultes, vient des problèmes financiers, de la perte d’un emploi, de l’abus d’alcool ou de drogue ou encore de soucis relationnels et sentimentaux.

Comment repérer les signes qui ne trompent pas? Il n'y a pas de codes bien que les signes peuvent être verbaux. Une personne avec des tendances suicidaires dira qu’elle est fatiguée de la vie. Elle arrêtera de se nourrir ou au contraire sera boulimique et agressive. Elle peut aussi pleurer tout le temps. Elle arrêtera de se sociabiliser. Peut se retrancher sur elle même. Distillera quelques indices à ses proches.

Cette propension au suicide se rencontre surtout chez les grands mélancoliques, notamment lorsque leur état semble s'améliorer. Le malade chercher une issue dans la mort.

Chaque acte peut être ou pas prémédité. Soyons et restons attentifs et vigilants.

Chaque jour qui passe apporte son lot d'épreuves. Accabler une personne qui n'y arrive pas est loin d'être une solution. Il faut que la société accepte les personnes dites 'fragiles'. 

Il ne faut en aucun cas se substituer aux professionnels de santé, il y a des structures et des associations qui sont présentes pour venir en aide à toute personne qui éprouve ce besoin d'en finir avec la vie.

 

Une journée est dédiée au bien-être, à la santé et la détente

Travailler ensemble pour prévenir le suicide. Le public est invité à participer le samedi 29 septembre au Collège BPS à Beau-Bassin de 10 heures à 16 heures a une journée de sensibilisation et du bien-être.

Tout est gratuit :

séances de sensibilisation gratuites avec l’ONG BEFRIENDERS
Cours de yoga et de méditation gratuits avec Fondation Art of Living (30 - 45 minutes par groupe de 10 personnes)
 Free Access Consciousness Classes avec Endless Blessing Association (30 - 45 minutes par groupe de 10 personnes)

Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.