Politique

Journée de la femme : Florilège des hommes qui parlent au nom des femmes

Dimanche 8 Mars 2020

Paul, Navin, Ivan...ils se sont tous donnés rendez-vous pour parler au nom des femmes.


C'est ainsi qu'un des plus vieux dinosaures de la classe politique, qui ne fait plus que de la politique de salon, a parlé de "sursaut national" pour mettre fin à la violence à l’égard.

C'est dans le salon au Hennesy Park, que Paul Bérenger a évoqué l’âge légal du mariage. Il ne faut pas se leurrer ! C’est davantage pour des raisons politiques que sociales que le MMM est contre la tentative du gouvernement de ne plus permettre le mariage à 16 ans. Il a demandé au gouvernement de « laisser tomber » la section sur l’âge du mariage dans le Children’s Bill. Comme à son habitude, il s’est abrité derrière tout et n’importe quoi.

Navin Ramgoolam, intervenait à la municipalité de Vacoas : "Il faut éduquer les enfants dès leur plus jeune âge".

Le leader du parti travailliste a fustigé le vote des femmes et a notamment rappelé que les femmes constituent 52 % de la population. «Nou ti met 12 kandidat, komié finn eli ? enn sel. Bann madam pa konn voté. Zot bizin sanz zot mantalité pou nou sanz sa. O mwin 3 ti bizin eli.»

Et de conclure, «beaucoup de femmes ne connaissent pas leurs droits», «le pays recule en ce qui concerne la violence domestique».

Ivan le terrible !

Le Premier ministre adjoint prenait la parole au centre Swami Vivekananda à Pailles dans le cadre de la Journée internationale de la femme. «C'est l'opposition qui a empêché l'épanouissement des femmes dans le pays», a déclaré Ivan Collendavelloo ce dimanche 8 mars. 

A se demander si ce n'est pas plutôt des hommes politiques comme Ivan d'empêcher les Mauricien (es) de s'épanouir dans ce pays...

 

 


Rédigé par E. Moris le Dimanche 8 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.