Menu

Politique

« Je serais toujours contre l’abolition de l’accusation provisoire », affirme Collendavelloo


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Juin 2022

Pour lui, ceux qui réclament l’abolition de la charge provisoire n’ont pas l’expérience qu’il faut. Il dit qu’il se base sur ses 40 années au sein du barreau pour soutenir qu’il ne faut abolir la charge provisoire.



Qu’on apprécie le bougre ou pas, il faut reconnaître qu’Ivan Collendavelloo sait parler. Il est fort. Dans son discours sur le Parlement hier, il a fait une longue dissertation, intéressante, sur la torture d’État dans d’autres pays… et même jusqu’à tout récemment avec ce que les dirigeants d’alors du MMM ont subi.

Il s’est ensuite attardé sur l’affaire de torture qui défraie l’actualité. « Ces policiers ont été couverts par leur hiérarchie », a-t-il déclaré. Pour lui, il y a aussi eu complicité tacite. « On ne va pas me faire croire que les autres policiers ne savaient pas. Quand on torturait au premier étage, les policiers au rez-de-chaussée n’entendaient-ils pas ? » Une question pleine de sens.

Il a ensuite bifurqué sur une demande que beaucoup d’avocats font actuellement : c’est-à-dire l’abolition de la charge provisoire. « Je suis contre et je serais toujours contre ! » a soutenu Ivan Collendavelloo. Pour lui, la charge provisoire est une simple mesure administrative. « Lorsque la police présente quelqu’un devant le magistrat, ce dernier doit écrire quelque chose. C’est pour cela qu’une Provisional Information est ouverte », a souligné Ivan Collendavelloo. Pour lui, ceux qui réclament l’abolition de la charge provisoire n’ont pas l’expérience qu’il faut. Il dit qu’il se base sur ses 40 années au sein du barreau pour soutenir qu’il ne faut abolir la charge provisoire.

Rappelons, sur le plan humoristique, qu’Ivan Collendavello a longuement parlé de politique et de la chute du MMM. C’était dans une optique de réfuter les attaques des mauves concernant son élection. Mais lui succédant au micro, Adil Ameer Meea, élu mauve du no 3, a déclaré qu’il trouve étonnant qu’Ivan Collendavelloo n’ait rien dit sur les bulletins qui se baladent dans la nature. Et d’ajouter que c’est bluffant qu’une personne qui a été révoqué par le Premier ministre puisse à ce point défendre le même le gouvernement et son chef.

Samedi 18 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.