Menu



Société

JIOI 2019 : Accusé d'harcèlement sexuel, il obtient le poste de responsable des accréditations des jeux


Rédigé par E. Moris le Jeudi 4 Juillet 2019

Le sport et le sexe font-ils bon ménage ? Accusé de harcèlement sexuel et moral, le Managing Secretary du Mauritius Sports Council avait été arrêté le 29 mai 2019.



Photo illsutration
Photo illsutration
C’est une ancienne employée qui avait porté plainte contre Zameer Janoo. Il a été présenté devant le tribunal de Rose-Hill et a obtenu la libération contre une caution de Rs 8 000 et une reconnaissance de dette de Rs 40 000. Il devra se présenter à nouveau en cour le 8 octobre 2019.

Dans sa plainte, l'accusatrice avait affirmait que Zameer Janoo lui aurait déjà montré ses parties intimes dans son bureau et lui a envoyé des messages à caractères obscènes. Plusieurs témoins ont été entendus. 

Malgré une plainte pour harcèlement sexuel, Zameer Janoo a obtenu un poste de responsable des accréditations pour les jeux des îles de l'océan indien. Selon nos sources, il bénéficierait de la protection de la conseillère du Premier ministre et qui est également membre du board de la Mauritius Sport Council. La MSC aurait d'ailleurs proposé Rs 100,000 à la plaignante pour qu'elle abandonne les poursuites... chose qu'elle a refusé.

Après une histoire de plagiat du clip officiel des Jeux des îles dont les tenants et aboutissants concernant le remboursement des frais avec l'agence Grey Mauritius reste toujours très flou, c'est une affaire encore plus grave qui semble ternir les valeurs des jeux des îles. 

Rappelons que l’employée avait été suspendue de ses fonctions le 24 décembre 2018 pour mauvaise conduite.  Elle avait été licenciée après avoir été entendue par un comité disciplinaire.
 

JIOI 2019 : Accusé d'harcèlement sexuel, il obtient le poste de responsable des accréditations des jeux

Jeudi 4 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.