Menu


Société

Incitation à la haine raciale : La tête de Karishma Beeharry-Moher réclamée


Rédigé par E. Moris le Samedi 19 Septembre 2020



Photo profil FB
Photo profil FB
Comment quelqu’un qui travaille pour un organisme d’État, tel Mauritius Telecom, peut communiquer sur un groupe Whatsapp à caractère sectaire, presque raciste ?

Incitation à la haine raciale : Dhiren fait le tour du pays

Comment cette personne peut, à travers ses commentaires, donner l’impression de participer à une campagne pour qu’un groupe se procure des armes ? Enfin, comment le mari de cette personne peut presque encourager les membres de ce groupe ethnique à s’armer pour soi-disant se défendre ?

La très chère Karishma Beeharry-Moher a le chic pour s’attirer des ennuis. Puisque, vous l’aurez compris, c’est d’elle qu’il s’agit et de son époux Dhiren Moher.

D’ailleurs, en pleine conférence de presse samedi, Xavier-Luc Duval a dénoncé le couple Dhiren-Karishma, sans les citer, mais en donnant des indications qui ne laissent aucun doute sur l’identité de ses cibles.

Tel ces nouveaux riches qui font les choses à l’extrême, Karishma Beeharry ne sait pas où s’arrêter. Certes, elle défend son boulot, son gouvernement et son équipe, peut-être même son cher Sherry… N’empêche qu’elle travaille pour Mauritius Telecom, ou plus précisément une filiale de l’organisme. Ce qui fait qu’il y a une limite à ne pas franchir. Mais elle a allègrement franchi la frontière, comme jadis César franchissait le Rubicon.

C’est comme un maquillage qui déborde ! Du moins, ceux qui connaissent la belle ne s’étonneront guère. Ils se rappelleront sans doute des cris et des larmes depuis les locaux de Radio Plus à une époque. À tel point que les voisins menaçaient d’aller à la police. D’autres se rappellent encore de la détresse, allant jusqu’à évoquer un acte de désespoir. Mais la majorité se souvient surtout de l’arrogance d’une arriviste, prête à tout pour se retrouver au premier plan.

Un caractère qui lui a joué des tours. Mais que voulez-vous ? Quand on a l’habitude de jouer avec le feu, communal dans ce cas-ci, on finit toujours par se brûler !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.