Menu



Société

Incitation à la haine raciale : Aucune sanction contre Karishma Beeharry-Moher par la direction de Mauritius Telecom


Rédigé par E. Moris le Jeudi 1 Octobre 2020



La Rédaction de Zinfos Moris avait révélé à travers des captures d'écran, des messages hautement condamnables, dont Ramjuttun Moher, dit Dhiren, ancien président de Prévention, information et lutte contre le sida (PILS) et décoré de la République, élevé au rang de Officer of the Star and Key of the Indian Ocean, a confié dans une vidéo être un des auteurs.

Son épouse, Karishma Beeharry-Moher, qui travaille pour un organisme d’État, Mauritius Telecom a également participé dans ce groupe. D'autres noms circulent, notamment le nom d'un publicitaire impliqué dans une affaire de plagiat lors des jeux des îles, un animateur radio à la solde d'une radio pro gouvernementale...

Dhiren Moher avoue être un des auteurs des messages à la "provocation raciale à la haine raciale".

Pourtant les dispositions légales sont très claires lorsque la sécurité et l'unité nationale sont en jeu. Le couple Moher, fait partie d'un groupe de fanatiques qui incitent à la haine raciale et dont certains de ses membres veulent avoir des fusils, si ce n’est des sabres. 

Rappelons que Me Lovena Sowkhee, accompagné de Me Rouben Mooroongapillay ont porté plainte pour ces publications sur les réseaux sociaux. Depuis, si Dhiren Moher a été arrêté et libéré sous une caution de RS 2 000, la question que tout le monde se pose : comment est-il possible qu’une telle personne puisse siéger au sein de la National Social Inclusion Foundation ?

Cet organisme, rappelons-le, œuvre à l’amélioration du quotidien de tous les défavorisé, « sans distinction ».

Rappelons que, depuis le 25 janvier 2019, ce board est constitué de Sarah Rawat-Currimjee (conseilère du Premier ministre), Audrey d’Hotman de Villiers, Dhiren Moher, Jonathan Ravat, Roshan Kumar Sultoo, Kevin Ramkaloan, Jeanne Lan Hing Po, Tooneela Baboorun, Suraj Ray et un représentant du ministère de la Sécurité sociale.

Jeudi 1 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.