Menu


Société

Incitation à la haine : Le couple Moher échappe aux radars de la police ?


Rédigé par E. Moris le Mercredi 23 Septembre 2020

Cinq jours après la diffusion des messages invitant à la « provocation à la haine raciale » et « injure à caractère raciste », Dhiren Moher est convoqué aux Casernes, ce mercredi 23 septembre.



Photo de couverture Fb de Karishma Beeharee Moher
Photo de couverture Fb de Karishma Beeharee Moher
Ramjuttun Moher, dit Dhiren, fait partie des personnes qui ont ouvertement parlé de leur séropositivité, parce que le VIH/Sida est encore tabou à Maurice. Ancien président de Prévention, information et lutte contre le sida (PILS) et décoré de la République, Dhiren Moher a été élevé au rang de Officer of the Star and Key of the Indian Ocean. Personnage connu pour être un homme de terrain, il fait l'objet d'une polémique entourant des messages invitant à la « provocation à la haine raciale » et « injure à caractère raciste ».

Cet habitant de Port-Louis, du centre-ville, fait désormais partie d’un groupe de fanatiques qui incitent à la haine raciale et dont certains de ses membres veulent avoir des fusils, si ce n’est des sabres. L’homme qui avait une certaine largesse d’esprit, aujourd’hui, prétend faire le tour du pays et constate que les hindous sont en colère.

Dans une vidéo publiée, par la Rédaction de Zinfos Moris, Dhiren Moher ne nie pas être un des auteurs des messages qui circulent sur Whatsapp, mais se dédouane dans des explications assez farfelues.

Quel est le rôle de la Loterie blanc dans le positionnement des Moher ?

De "pyromane", Dhiren Moher s'estime être une victime. Allant jusqu'à menacer ceux qui s'en prendraient à ses proches, des "professionnels", notamment son épouse, Karishma Beeharry-Moher, qui travaille pour un organisme d’État, Mauritius Telecom. Rappelons que les messages incriminent également cette ancienne journaliste  et les membres du groupe Har Har.

Incitation à la haine raciale, la tête de Karishma Beeharry-Moher réclamée

Le groupe socio-culturelle 'Har Har' dont il se dit membre, fait la promotion de la culture hindoue, sauf qu'en témoigne les messages, il est surtout question de la préservation des hindoues sur l'île.

Rappelons que Me Lovena Sowkhee, accompagné de Me Rouben Mooroongapillay ont porté plainte pour ces publications sur les réseaux sociaux, vendredi. Me Mooroongapillay a demandé au Premier ministre de suggérer à ses troupes de stopper cette propagation de la haine raciale.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.