Faits Divers

Incendie à la Chaumière : fumée toxique, les habitants craignent pour leur santé

Lundi 6 Août 2018

Un important incendie a démarré dans la soirée du dimanche 5 août au dépotoir de la Chaumière à Bambous. 

Ce lundi 6 août, les sapeurs-pompiers de Port-Louis et Coromandel sont toujours sur place afin de maîtriser l'incendie. 

Le dépotoir de la Chaumière à Bambous contient 700 tonnes de déchets. Le foyer se situe dans le dépotoir numéro 3 qui contient 700 tonnes de déchets sur cinq mille mètres carrés.

Des 700 tonnes, 300 tonnes ont déjà été maîtrisées par les quatre camions de pompiers et les 21 sapeurs-pompiers. Jusqu’ici, 200 000 litres d’eau ont été utilisés pour combattre les flammes.  

Le feu pourrait prendre plusieurs jours avant d’être circonscrit

Selon le président du village, John Hanseline :
«L’heure est grave et nous sommes prêts à descendre dans la rue, la fumée est toxique. »
Il rappelle que ce n’est pas la première fois que les déchets sont à la proie des flammes à cet endroit et qu’à chaque fois il faut compter plusieurs jours avant de pouvoir circonscrire le feu. Ce qui, selon lui, représente un réel danger pour les habitants de la région.

En effet c'est la cinquième fois qu’un incendie s’est déclaré en ces lieux. Hormis deux grands feux en 2013 et en 2016, il y en a eu d’autres qui ont pas mal incommodé les habitants des régions avoisinantes.

Si les habitants se sont habitués à affronter les mouches et les mauvaises odeurs, en revanche, il n’oublie pas les pertes causées par les incendies.

Si il n'est pas encore à l'heure des bilans, à chaque incendie, les dégâts sont considérables au niveau des plantations d’oignons et d’autres légumes.

Malgré l'évaluation des dégâts et des dépositions à la police de la localité et des pétitions afin d’obtenir un dédommagement ou alerter les autorités. Les planteurs se retrouvent démunis face à l'indifférence des autorités et le silence des ministres de l'Environnement et de la Santé aux risques sanitaires.

Les habitants de Bambous estiment qu'ils vivent selon eux, sur une bombe à retardement, qui aura un lourd impact sur leur santé.

La station de traitement de déchets chimiques installée en février 2016 n'a rien arrangé.

L'ancien ministre de l’Environnement, des Urgences en cas de Catastrophes naturelles et de la Beach Authority, Raj Dayal avait annoncé en se félicitant :

« J’ai une très bonne nouvelle à vous annoncer : à partir de fin février, la station de transfert de La Chaumière, accueillera les déchets électroniques et les déchets dangereux ».

L'ex ministre avait précisé que les déchets électroniques comprennent les batteries, qui contiennent des matériaux dangereux comme le mercure, qui constitue une menace pour la santé publique et à l’écosystème.

Il avait rappeler que le Dangerous Chemicals Control Board, les Consumer Protection Regulations 199, la Dangerous Chemicals Control Act 2004, la Fisheries and Marine Resources Act 2007 et les Drinking Water and Effluent Discharge Regulations sous l’Environement Protection Act (EPA) 2002 contiennent des clauses qui interdisent, contrôlent ou limitent l’importation, l’utilisation et l’élimination des déchets électroniques et des déchets toxiques.


Rédigé par E. Moris le Lundi 6 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.