Menu

Politique

Hurreeram part en croisade contre le terme « chatwa »


Rédigé par E. Moris le Dimanche 27 Mars 2022



Le ministre de la Moralité et des Mœurs, oops des Infrastructures publiques, réclame l’interdiction de l’utilisation du terme « chatwa ». Pas mal pour un gouvernement qui en fabrique à l’échelle industrielle.

Bobby Hurreeram évoquait un article paru dans Le Mauricien concernant les 500 cartes de pêcheurs délivrées par le gouvernement récemment. Apparemment, certains intervenants ont dénoncé le fait que parmi les bénéficiaires se trouvent des colleurs d’affiches et des chatwas. Il affirme que « chatwa » est un mot vulgaire et s’est demandé si un journal ou une radio allait utiliser le terme traduit en kreol.

« Il y a une connotation vulgaire et communal », a-t-il déclaré. Et en tant que « chatwa » en chef, il ne pouvait s’empêcher de faire une insinuation. « Nous savons pertinemment bien pourquoi c’est un mot en bhojpuri qui est utilisé pour attaquer le gouvernement », a-t-il ajouté. Qui est le communal dans l’histoire ? En tout cas, outre d’être un « chatwa », Hurreeram est une boule puante. Cette fois, le terme est bien français. Pourtant, nous l’utilisons pour qualifier Bobby Hurreeram. Il a, en passant, réclamé des excuses du journal Le Mauricien. Décidément, c’est à la mode aujourd’hui de demander des excuses.

Dimanche 27 Mars 2022


1.Posté par Caro le 27/03/2022 14:42
Hire ram le manieur de sabre raciste!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.