Menu



Politique

Hurreeram ou la foi absolue en Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Samedi 14 Août 2021



Il n’a pas cligné des yeux. Les yeux dans la caméra, la bouche dans le micro, ou l’inverse, Bobby Hurreeram a déclaré que le Premier ministre « est en train d’amener le pays vers des lendemains meilleurs ».

Il évoquait l’affaire Angus Road et a concentré ses tirs sur Roshi Bhadain. Le ministre Bobby Hurreeram était aux côtés de la PPS Tania Diolle et de la députée Subashnee Luchmun-Roy en conférence de presse. 

Il a sorti l’artillerie lourde contre Roshi Bhadain. Il a déclaré que ce dernier n’avait rien trouve à redire lorsqu’il faisait partie du gouvernement, « lorsqu’il faisait le baisemain à Pravind Jugnauth ». Selon Bobby Hurreeram, c’est lorsqu’il a quitté le gouvernement que Roshi Bhadain est revenu avec l’affaire Angus Road. Il est revenu sur le fait que depuis belle lurette, l’Icac n’avait rien d’incriminant contre Pravind Jugnauth. Désormais, selon lui, avec la complicité d’une section de la presse, Roshi Bhadain vient s’attaquer à l’intégrité de Pravind Jugnauth. « Il vient traîner le Premier ministre dans la boue. Il est en train de faire de viles accusations et allégations sur l’affaire Angus Road », a-t-il déclaré. 

Et Bobby Hurreeram de lancer cette perle : « Roshi Bhadain pourra dire ce qu’il veut. Il peut faire les allégations qu’il veut. Cela ne changera rien car croyons dans la bonne foi du Premier ministre. Nous avons un bilan et nous sommes persuadés qu’il emmène le pays vers des lendemains meilleurs. »

Pour le ministre Hurreeram, il importe désormais de recentrer le débat. « La population se demande où sont passées les Rs 1,9 milliards de Britam. La police doit enquêter. L’Icac doit enquêter. Et les coupables doivent finir en prison », a-t-il déclaré.

Samedi 14 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.