Justice

Hurhangee et Gulbul lavent leur linge sale devant les tribunaux

Vendredi 23 Novembre 2018

C’est une procédure, longue et qui prend du temps certes, mais elle est fréquente. Dans le procès en réclamation de Rs 200 millions que Me Raouf Gulbul intente à son ancien ‘ami’

Ashley Hurhangee, ce dernier a répliqué par un questionnaire de 38 interrogations, auxquelles le Me Gulbul a demandé encore du temps pour y répondre. Tout cela s’est passé hier lorsque l’affaire a été appelée devant la Deputy Master and Registrar, Renuka Dabee.

Me Raouf Gulbul reproche à Me Hurhangee d’avoir fait publier une lettre, le 22 novembre 2017, dans laquelle lui (Hurhangee) et Me Samad Golamaully insinuent que leur senior (Gulbul) aurait demandé au dénommé Robin Sortee de leur nuire. Cela parce que ce Hurhangee et Golamaully l’auraient incriminé lorsqu’ils ont déposé devant la commission d’enquête sur la drogue. Pour Me Gulbul, ces insinuations lui ont porté préjudice. 

Les 38 questions posées par Me Hurhangee portent sur plusieurs affaires où Me Gulbul a été impliqué en tant qu’avocat mais aussi comme ancien magistrat. Me Hurhangee va jusqu’à demander à Me Gulbul de révéler s’il a déjà fait l’objet d’un audit trail de la part des autorités, si certains anciens clients ont témoigné contre Me Gulbul devant la Commission d’enquête et si lui (Hurhangee) et Golamaully visitaient souvent la 'Beach House’ et le restaurant ‘Bella Vista’ à Grand-Baie. 

Bref, c’est du vrai lavage de linge sale en public, ou plutôt dans les tribunaux, par deux anciens copains qui partagent sans doute beaucoup de secrets. 

Me Gulbul va probablement soumettre ses réponses le 26 février 2019, lorsque l’affaire reprendra.

Rédigé par E. Moris le Vendredi 23 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.