Menu

Un autre regard

Humour mauricien : "...Bann la pe dekrir li (Bobby Hurreeram) kuma le Baahubali of construction..."


Rédigé par E. Moris le Dimanche 24 Avril 2022

Les Mauriciens démontrent qu'ils savent faire preuve d'humour dans toutes les circonstances.



Humour mauricien : "...Bann la pe dekrir li (Bobby Hurreeram) kuma le Baahubali of construction..."
L'avenir s'annonce bien sombre depuis que Bobby Hurreeram, le ministre de la Moralité et des Mœurs, accessoirement ministre des Infrastructures publiques, souhaite l’interdiction de l’utilisation du terme « chatwa ». Depuis les internautes lui ont fait plaisir, c'est un virulent « gopia » qui détrôné le mot « chatwa ». Et comme il fallait une preuve du niveau de « gopianisme », Kenny Dhunnoo a fait valeur son droit à ce titre plus qu'un autre. 

L'humour mauricien à l'honneur : "Tann mwa bien, Vacoas pu vinn enn Mahattan"

Il a raté une occasion de se taire. Mais le député Kenny Dhunnoo, est un familier du genre. N’est-ce pas lui qui disait que Pravind Jugnauth avait « vaincu » la Covid-19 à une époque ? Là, il a récidivé. Il a sorti une autre ânerie. Lors de l’inauguration d’un pont rénové à Curepipe hier, il a déclaré que « Bobby Hurreeram est le ‘Baahubali’ de la construction ». Faut-il en rire ou en pleurer ? C’était à Cité Atlee où l’événement se tenait. La rénovation a coûté Rs 11 millions. ‘Baahubali’ est la référence à un film tamil de Bollywood.

Bon, difficile de dire si Bobby Champal Hurreeram a apprécié la référence. Mais bref, Kenny Dhunnoo doit ménager sa langue. Car à force de faire de lèche, il va finir par user cet organe. Jusqu’ici, il n’y a pas de greffe de langue ou d’intervention pour la remplacer. Les "Chatwas", qui se définissent officiellement comme : "bann ki contan souss policien pou gagne enn lavatanz" ou aussi connu comme "roder boutt, sousser mayo", revendiquent leurs droits syndicales en période de crise.


Humour mauricien : "...Bann la pe dekrir li (Bobby Hurreeram) kuma le Baahubali of construction..."

Dimanche 24 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.