Société

[Hommage] Père Henri Souchon : Homme de Dieu et homme du peuple

Samedi 14 Septembre 2019

Agé de 89 ans, le père Henri Souchon s'en est allé paisiblement dans son sommeil le samedi 14 septembre 2013. Il a été un travailleur infatigable, oeuvrant pour les défavorisés et ardent défenseur de la liberté de la presse. 

Prêtre engagé, oeuvrant sans relâche pour améliorer les conditions de vie des plus démunis, luttant contre le communalisme et manifestant pour la liberté de la presse, le père Souchon a officié pendant 40 ans à l’Immaculée-Conception.

Il a été fait chevalier de la Légion d’honneur, une distinction française.

Ordonné prêtre le 12 avril 1952, cet homme de conviction a été au service des pauvres en lançant un mouvement dans un des quartiers les plus pauvres de Port Louis, à Roche Bois ou l’accueil des sans domicile fixe au Centre Social de Marie Reine de la Paix dans la paroisse de l’Immaculée Conception en organisant le repas de ces sans abris.

Au service de l’éducation 
 
Le père Souchon est à l’origine de la rénovation d’une vingtaine d’écoles primaires. Il s’est particulièrement occupé de l’encadrement professionnel des enseignants en dotant les écoles de staffrooms. Il était grandement préoccupé par le nombre d’élèves qui échouent aux examens du CPE et qui, exclus du système scolaire, ont un avenir plus qu’incertain.

Au service de l’interreligieux
 
Au lendemain des émeutes qui avaient déchiré le tissu social mauricien en 1968 entre catholiques et musulmans, le père Souchon a eu le courage d’inviter un imam à parler dans l’église de l’Immaculée Conception à Port Louis. Il a également célébré Divali puis Eid dans sa paroisse. Aujourd’hui des dizaines de messe sont dites dans l’Ile Maurice à l’occasion du Divali. Il a été le pionnier du dialogue interreligieux et un constructeur de la nation mauricienne plurielle.
 
Homme des médias

Dans les années 60, le père Souchon lance à Rose Hill un studio de radio, le « Studio d’Art sonore ». Il y enregistre des homélies qu’il envoie par la suite à Agalega.

Rappelons également la solidarité du père Souchon envers la presse en avril 1984.  Il devait être arrêté par la police devant l’hôtel du gouvernement alors que 44 journalistes faisaient un sit-in.

 

Rédigé par E. Moris le Samedi 14 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.