Menu

Société

Harjan réintégrée par la FSC… l’eunuque Thakoor doit démissionner


Rédigé par E. Moris le Lundi 3 Janvier 2022



Une affaire qui soulève beaucoup de question. La Financial Services Commission est revenue sur sa décision de licencier Brinda Harjan.

L’employée, licenciée à la veille de Noël, a été réintégrée à la veille du Nouvel an. Une bonne nouvelle pour la mère de famille ! Mais qui a fauté ? Est-ce que Brinda Harjan a fauté, comme le soulignait la FSC qui l’a traduite devant un comité disciplinaire ? Est-ce que la FSC a fauté en traduisant une employée devant un comité disciplinaire avant de la licencier ? Qui a poussé la FSC à changer d’avis ?

On se répète. Tout le monde est ravi de la décision de l’organisme de réintégrer l’employée. Mais comment expliquer tout ce tralala ? Il se chuchote qu’il y a eu des interventions d’en haut, c’est-à-dire ministérielles, pour la réintégration de Brinda Harjan. En tout cas, après une telle cacophonie, il faut se demander si Dhanesswurnath Thakoor a sa place comme CEO de la FSC. Quel que soit le cas de figure, on peut se poser la question.

Si la FSC a commis une faute en licenciant Brinda Harjan, il doit démissionner. Si après intervention ministérielle, vitesse Dodo, Brinda Harjan a été réintégrée, il doit démissionner également. En fait, rien ne va plus à la FSC, déjà coupable de l’inclusion de Maurice sur la liste grise de la Financial Action Task Force. Mais Thakoor n’était pas encore là. C’est deux personnes, dont l’épouse d’un ministre qui sont directement à blâmer.

Mais passons ! En France, on parle souvent d’énarques à la tête des institutions… c’est-à-dire de personnes ayant fait l’ENA (École Nationale d’Administration. À Maurice, à la tête des organismes, on a de plus en plus d’énuques. Alors Thakoor, l’énuque, ne doit-il pas faire ses valises après avoir reçu des coups de savates Dodo ?

Lundi 3 Janvier 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.