Un autre regard

[Harish Chundunsing] Ses mémoires de la presse : Le faux enquêteur Moonien

Samedi 6 Octobre 2018

Harish Chundunsing est l'un des piliers du journalisme d'investigation à Maurice, il a officié dans plusieurs rédactions, du Mauricien jusqu'au Matinal. Il a formé ou contribué à la formation de toute une génération de journalistes. Les opinions exprimées par l'auteur sont les siennes et n'ont rien à voir avec Zinfos Moris. Zinfos Moris le publie dans le droit de la liberté d'expression et d'informations que les journalistes réclament sans cesse...et à juste titre !


Vel Moonien est un des plus jeunes journalistes mais tout aussi dangereux. Il avait grimpé les échelons pour devenir rédacteur en chef adjoint de l’Express. Encore une trouvaille signée Jean Claude de l’Estrac !

Vel Moonien avait fait des débuts très timides au sein du journal Le Républicain de Vine Ramnauth.
Il fit une percée dans le "police beat" et a été recruté par JCL pour épauler Vinessen Abel qui était le chef de la rubrique "Police et judiciaire" à l’Express.

Quand j’ai réintégré l’Express en 2000, Moonien était sous ma direction. Il avait quelques sources au Parquet et de temps en temps il me demandait conseil.

Quand je fus transféré à l’Express Dimanche, Moonien y était déjà avec un autre jeune journaliste Kamlesh Bhuckory. 

                                          HIT TEAM

Les deux faisaient partie de mon "hit team", que j’envoyais pour des compléments d'enquête dont l’une visant le notaire Delchand.

Je me souviens de Moonien qui est revenu très impressionné par le nombre de cabriolets qui était garé dans la cour des Deelchand. C’était avant l'éclatement de l’affaire Antoine Chetty où Samad Goolamaully a joué un rôle très flou à l'époque.

J'ai quitté l’Express en 2000. Moonien et moi nous nous sommes rarement vus. Mais j’étais loin de me douter que j’allais devenir sa cible préférée après la mort de Rajeshwur Indur en février 2013.

Il s’était transformé en inspecteur Colombo et abordait son enquête sur l'aspect financier. Il souhaitait savoir où se trouver les millions d’Indur et qui les avaient empoché après sa mort.

Moonien fera de moi son suspect No.1 dans le journal l’Express que dirigeait un certain Jerôme Boullé -une autre personne qui ne m’a jamais  porté dans son cœur pour des raisons que j’ignore !

Un  beau jour à l’Express, le duo Boullé-Moonien a annoncé à la Une, qu'un journaliste avait été convoqué pour témoigner devant l’enquête judiciaire instituée par le DPP.

Le jour où l’affaire fut appelée au tribunal de Pamplemousses, Moonien a brillé par son absence. Il n’était plus intéressé à entendre ce que le "journaliste’" avait à dire. Son supérieur n'avait délégué personne non plus. Mon témoignage n'a ainsi trouvé aucun écho dans un quelconque journal. Pourtant ils avaient fait de la mort suspecte de Indur, leurs choux gras.

Moonien avait repris l'aspect financier des millions de Indur et vint avec une hypothèse que ce sont les millions qu’il avait en sa possession qui l'avait conduit à sa mort.

Rien de plus faux. Au  moment de sa mort Indur était sans le sou. Le matin, il avait emprunté Rs 50 de sa maman pour se rendre à Port-Louis. Moonien était trop con pour le savoir.

Les quatre cons de l’Express !

Quinze ans  plus tard, J’attends toujours que le CCID vienne me chercher pour m’inculper du meurtre de Rajeshwar Indur.

Qui me disculpera : Meetarbhan*, Moonien, Bhunjun et Bhoookun ?

Meeetarbhan conseille Pravind Jugnauth sur on ne sait quoi. Moonien a pris de l’embonpoint ! Aux dernières nouvelles, il est l’adjoint de Rabin Bhujun à ION News.

Voice of America a rejeté la candidature  de Moonien pour être leur correspondant local à Maurice ! 

Il est à noter que durant toute sa carrière de journaliste d’investigation, Moonien n’a à aucun moment enquêté sur Rakesh Gooljaury.

‘Payroll journalist’ ? Je vous laisse deviner !

Raj-Amaal-Meetarbhan*, ancien rédacteur en chef de l'Express qui crachait son venin sur les hommes politiques surtout ceux faisant partie du MSM. Il est aujourd'hui conseiller au PMO avec des salaires et autres allocations dépassant largement  la barre de Rs 100 000 !

Son job : avertir les journalistes par sms des comparutions de Navin Ramgoolam en Cour. Quel sale besogne de la part de quelqu'un grassement payé des deniers publics et qui 20 ans durant faisait le leçon à tout le monde !? Notre 'ti paletot' national a toujours la côte mal taillée! 

Rédigé par Harish Chundunsing le Samedi 6 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.