Menu



Société

Grève de la faim de Gérald Alcindor : Le ministre des Sports, Toussaint se dédouane


Rédigé par E. Moris le Mercredi 7 Août 2019

Gérald Alcindor entame son 18ème jour de grève de la faim et de protestation contre la Mauritius Handball Association qui, dit-il, lui doit Rs 9 millions, derrière l’église Immaculée à Port-Louis.



Alors que le président de l'Association mauricienne de handball, se dédouane et dit ne rien devoir à Gérald Alcindor car selon Ludovic Carré un accord a été signé entre la Fédération Internationale et Gérald Alcindor, qui était alors le gérant  de l’hôtel West Palm Inn. 

C'est au tour du ministre des Sports, Stéphan Toussaint, interrogé par le député du Parti mauricien social-démocrate, Guito Lepoigneur, qui se dédounae.

Pour lui, il existe un litige entre la Fédération mauricienne de handball et Vision Dream Ltd de Gérald Alcindor. Il ne compte pas intervenir pour mettre fin à la grève de la faim de Gérald Alcindor.

Sauf que le ministre oublie que la Fédération mauricienne de handball comme toutes les fédérations sont sous l'égide...du ministère des Sports !

Pour rappel, lancien gérant de West Palm Inn, avait hébergé 400 participants au Championnat du Monde de Beach Handball des moins de 17 ans, qui s’était tenu à Maurice en 2017 attend toujours d’être payé. Il affirme qu'il se retrouve complètement endetté.       

Après une tentative de suicide très médiatisée par quelques protagonistes le 8 juillet 2018, il y a déjà un an, force est de constater que rien n'a bougé. Si le directeur de l'information de Radio Plus avait à l'époque pu éviter ce dernier de commettre l'irréparable, Ken Arian, le conseiller du Premier ministre qui était disposé à le voir, n'a rien pu faire...comme à son habitude. La preuve en est, Gerald Alcindor se retrouve dans une situation de détresse extrême après un an.  

 

Mercredi 7 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.