Menu


Politique

Grève de la faim : Pravind Jugnauth règle ses comptes avec le comité de soutien


Rédigé par E. Moris le Dimanche 21 Avril 2019



À ses partisans, il peut tout dire ! Surtout qu’il n’a pas cédé au chantage….

Ou alors, comme il l’a lui-même affirmé, Pravind Jugnauth aurait dit à ses ministres de les envoyer balader (« avoy zot ferfout ») à un certain moment. Le leader du MSM animait le comité central de son parti hier à son quartier général. 

Commentant la grève de la faim de Clency Harmon, il a indiqué que le gouvernement avait déjà institué un comité ministériel pour se pencher sur les recommandations de la Law Reform Commission sur le rapport de la Commission Justice et Vérité.

Mais avant la fin des travaux, Clency Harmon a entamé sa grève de la faim. Pour Pravind Jugnauth, certaines revendications étaient raisonnables et d’autres totalement inacceptables. Parmi, mettre un délai. 

Pravind Jugnauth a insisté qu’il voulait calmer les choses mais le comité de soutien a voulu « mettre le couteau sous la gorge » avec l’histoire de délai. D’où sa décision, à un certain moment, de rompre les négociations. 

Le Premier ministre a aussi justifié les récents amendements à la loi sur l’immigration. Il a expliqué que des personnes malintentionnées contournaient l’interdiction d’entrer sur le territoire mauricien en se mariant avec des fils et filles du sol afin d’obtenir le statut de résident. Il a révélé qu’une personne condamnée à 22 reprises pour des délits liés à la drogue est parvenu à entrer à Maurice. Pour Pravind Jugnauth, il n’y aucune dérive dictatoriale. Seuls les criminels et les terroristes doivent craindre ces amendements. 

Rappelons que cette réunion élargie du comité central avait pour but de galvaniser les troupes en vue du meeting du 1er mai.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.