Menu


Politique

"Geste d'amitié" : Le conseiller de Pravind Jugnauth présente ses excuses au députée Boygah


Rédigé par E. Moris le Mercredi 19 Juin 2019



C'est une séquence qui prêterait à sourire si ce n'est les circonstances et le fait que ce soit fait sans le consentement de la députée.

Après le député Tarolah qui avait eu la chic idée d'utiliser l'hémicycle pour tourner son film X en montrant sa langue et son "petit zoizeau". C'est au tour du conseiller du Premier ministre ancien Deputy Speaker de commettre le geste de trop, en s'arrogeant le droit de taquiner intimement la députée.

La députée de la circonscription no 11 n'a pas tardé à réagir et a dénoncé ce qu’elle a qualifié de « manque de respect ». Elle dit dénoncer cela avec force. Elle a même fondu en larmes sur une radio. Sur une autre radio, elle a déclaré que « c’est une violence faite à mon espace privé ».  Bien que ce soit un autre débat, les "mauvaises langues" diront qu'elle n'a pas beaucoup réagit lors des sextos envoyés au sein même de l'assemblée par l'irrespectueux Tarolah, qui a insulté toute l'institution...

En réaction, Jean-François Chamière a déclaré : «C’est une personne que je connais depuis longtemps, même si elle dit le contraire…». Il dit toutefois regretter son geste et a souhaité présenter ses excuses à Sandhya Boygah et déclare que c'est un "geste d'amitié".

Pour rappel, Jean-François Chaumière, est désormais interdit d'accès au Parlement, et ce, jusqu'à la fin de la présente session parlementaire. Ainsi en a décidé la Speaker de l’Assemblée nationale Maya Hanoomanjee, qui a indiqué que Jean-François Chaumière, un « étranger » à la Chambre (selon les dispositions des Standing Orders), a été filmé en train de faire un geste déplacé à l’égard d’une élue.  

De ce fait, a indiqué la Speaker, interdiction est faite à Jean-François Chaumière de mettre les pieds au sein de l’hémicycle mais aussi dans l’enceinte du Parlement.  


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.