Menu

Santé

Frais professionnels : l’ascenseur émotionnel pour les pharmaciens


Rédigé par E. Moris le Lundi 28 Mars 2022



C’est quelque chose qu’ils réclamaient depuis bien longtemps ! L’ère de donner des conseils gratuits devait être révolue, selon eux. Depuis vendredi, ils avaient pris espoir. Mais durant le week-end, en raison du tollé, les pharmaciens ont vu les autorités, dont le fameux Pharmacy Council, faire marche-arrière sur la mesure… pour leur plus grand malheur. 

Attardons-nous aux faits ! Il y a deux types de pharmaciens à Maurice : celui qui est propriétaire de sa pharmacie et celui qui est un employé d’un propriétaire de pharmacie. Tous les pharmaciens vont réclamer le pouvoir d’imposer des frais professionnels. Mais il faut savoir que le pharmacien propriétaire est celui qui n’en a pas besoin. Il peut déjà orienter les clients sur les produits les plus chers car plus c’est cher, plus il a d’argent dans la poche. 

C’est le pharmacien employé qui, en fait, a davantage besoin de ces frais professionnels. Beaucoup disent qu’ils sont mal-payés et exploités par les propriétaires de pharmacies (qui ne sont pas pharmaciens) sans scrupules. Mais le propriétaire de pharmacie qui est aussi pharmacien ne va pas cracher sur cette aubaine. 

Le hic, c’est qu’à Maurice, une prescription en tant que telle est fournie par le médecin. Jusque-là, le pharmacien disait qu’il ne fait que suivre la prescription. Mais il est un fait aussi que nombre de Mauriciens se rendent directement dans les pharmacies pour tout les bobos pas trop graves. Des fois, le pharmacien passe 10 minutes avec un patient. Ses conseils, dans cette éventualité, doivent-ils être gratuits ? 

Mais en même temps, il y a la question d’abus. Qu’est-ce qui est conseil ou pas ? Comment différencier conseils et recommandation ? J’ai la toux, je demande quel sirop prendre….Est-ce que cela s’apparente à un conseil ? Les représentants des pharmaciens insistent qu’il « n’y aura pas d’abus ». Mais difficile de les croire !

Lundi 28 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.