Menu

Santé

Frais professionnels des pharmaciens : le tollé fait reculer les autorités


Rédigé par E. Moris le Lundi 28 Mars 2022



Oui, mais pas maintenant. Pas tout de suite. La décision du Pharmacy Council d’autoriser les pharmaciens à réclamer des frais professionnels, c’est-à-dire un montant pour les conseils ou prescriptions fournis, ont créé un véritable tollé au sein de la population. À tel point que même le Pharmacy Council a été forcé de faire marche-arrière face à la grogne. 

En tout cas, le gouvernement aussi a mis son nez dans l’affaire. Résultat, le ministre de la Santé, va rencontrer le président du Pharmacy Council ce lundi. Kailesh Jagutpal va passer pour le héros du jour. D’ailleurs, certains membres du Conseil, tel Nitin Kumar Busguth, directeur de Pharma Concepts Limited, estime qu’il faut travailler les modalités afin que tout le monde en sorte gagnant. Rappelons que l’imposition de ces frais professionnels devait entrer en vigueur le mois prochain. Mais un report a été décidé face au tollé des Mauriciens qui se sont exprimés dans les médias. 

Depuis samedi, les voix se sont fait entendre. Pourquoi les pharmaciens devraient prélever une somme de Rs 100 pour des conseils ? Les pharmaciens ne font que fournir les médicaments prescrits par les médecins, pour prélever des frais professionnels ? Voilà quelques-unes des interrogations entendues dans les divers médias. Le Pharmcy Council, sous pression, a fait marche arrière. L’introduction de cette mesure, prévue le 1er avril, a été reportée. De plus, une parade a été trouvée. Le Pharmacy Council va travailler sur les modalités et établir les lignes directrices au préalable. Cela, histoire de disséminer la mesure au sein de la population. 

Soulignons que même certains pharmaciens estiment que le timing n’était pas propice pour cette mesure. Comprenne qui pourra !

Lundi 28 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.