Menu



Divers

[Fleur de Lotus] ‘‘Inasmuch !’’


Rédigé par Fleur de Lotus le Mardi 17 Août 2021

Rédigé par une casserole de la cuisine, le rapport Britam manque de preuves, et essaie vainement de contenir la popularité croissante de Roshi Bhadain.



[Fleur de Lotus] ‘‘Inasmuch !’’
‘‘Inasmuch !’’ Non, ce n’est pas le prénom du dernier chef de la mafia turque. Ni celui du vieux toutou du voisin polonais. C’est juste le seul mot, nouveau à mon vocabulaire, que je retiens de ce fameux rapport Britam. Même si on a toujours écrit ‘‘in as much’’, cela peut aussi s’écrire en un seul mot, ‘‘Inasmuch !’’.

Volumineux de trois cents cinquante et quelques pages, ce rapport est lourd à lire. Pas parce que le jargon est trop technique, restreint aux économistes et hommes de loi. Bien au contraire, ce texte simple a été écrit de sorte à clouer Roshi Bhadain.

Des inexactitudes, souvent sans aucune preuve, parsemé de raconteries de couloirs, ce rapport décrit Roshi Badhain comme la personne la plus corrompue de Maurice, celui qui a fait couler le groupe BAI, qui a vendu les actions de Britam à un prix dérisoire, le parrain de la mafia locale. S’ils pouvaient, Roshi Bhadain serait même accusé d’avoir fait échouer le Wakashio, d’avoir fait entrer le Covid à Maurice et d’avoir embobiné l’innocent Kailesh Jagutpal pour qu’il lui achète des respirateurs artificiels cassés à un prix honteux.

Il faut arrêter les conneries. Ceux qui croient encore à la sincérité de ce rapport, doivent en premier lieu lire le rapport. Il a été écrit dans un langage très simple et accessible à tous. Mais faites gaffe, le texte est long, avec beaucoup de mots pour ne rien dire, un peu comme les réponses de Kailesh Jagutpal au Parlement. Mais il y a des points qui nécessitent une réflexion plus approfondie pour mieux comprendre la situation. En relecture du texte, j’ai l’impression d’être un défenseur ardu de Roshi Bhadain. Mais en se basant sur les faits, ce rapport incriminant est juste une autre arme de propagande de la cuisine…

Premièrement, tout observateur objectif acquiescera de la montée en popularité de Roshi Bhadain ces derniers temps parmi les Mauriciens. Il tape fort dans la demande de révision judiciaire pour démontrer que ‘Kaya’ Kistnen ne s’est pas suicidé, mais qu’il a bien été tué, assassiné. Il tient Pravind Jugnauth par les boules dans cette sombre affaire de l’Angus Road. Aux côtés de Rama Valayden, il est un des meneurs des Avengers. Sa présence dans l’Alliance de l’Espoir agit comme le ciment qui consolide le groupe. Donc, il est impératif de le museler, de le discréditer en public, de lui faire passer pour la risée des politiciens. Cela nécessite un rapport officiel avec comme rédacteur en chef un ancien juge de la cour suprême. 

Deuxièmement, l’assesseur (expert) de ce rapport n’est nul autre que Sattar Hajee Abdoula, une casserole qui a bien sa place dans la cuisine. Souvenons-nous que ce personnage a réclamé 26 fucking millions de roupies à l’Etat mauricien pour avoir agi comme administrateur du groupe BAI pendant 18 jours. Casserole choisie par le chef cuisto, Pravind Jugnauth bien sûr. Cela s’arrondit à 10 fucking millions de roupies par semaine réclamées au Financial Services Commission. Roshi Bhadain avait alors catégoriquement refusé que l’Etat mauricien paie. Par ailleurs, après le vote de l’Insurance (Amendment) Bill, porté par ce même Roshi Bhadain, à l’Assemblée nationale le 28 avril 2015, la nomination de Sattar La Casserole est devenue obsolète. Et deux jours après la démission de Roshi Bhadain, l’argent du contribuable a été utilisé pour payer… Sattar Hajee Abdoula ! Et ce dernier est nommé comme expert pour rédiger ce fameux rapport Britam. Sérieusement !

Troisièmement, le rapport indique clairement les ‘’Terms of Reference’’ du comité. Il doit évaluer si la vente des actions que détenait le groupe BAI au sein de Britam Holdings a été faite en toute légalité. Et puis, c’est tout ! Mais à l’introduction du rapport au chapitre 2, on peut lire : What is this BAI Group? How did it serve the country? Why did it collapse? Who was responsible? On a l’impression que cet amalgame est voulu. Et aucune de ces questions a trouvé de réponses dans le rapport. Et soyons franc, si Roshi Bhadain est celui qui a assassiné le groupe BAI, croyez-vous que Laina Rawat aurait participé au meeting du leader du Reform Party ?

Quatrièmement, ce rapport se conclut par 31 recommandations, synonyme d’insultes à la conscience mauricienne. Les fees payés par l’argent du contribuable n’ont encore été dévoilés, mais nous avons certainement déboursé des millions pour lire des recommandations telles que :  ‘’Every Mauritian worth his salt regularly, more particularly on independence day, dedicate a short time for doing a soul search of whether he is giving to the nation what he takes from it, whether he is paying lip-service to the national anthem, whether democracy proper really is his act of faith and whether by his act or omission, consciously or unconsciously, directly or indirectly, overtly or covertly, partially or otherwise, he is biting the very finger that feeds it. Our education system should ensure that these prime values do not vanish in the air over time.’

Il a fallu un ancien juge de la cour suprême et deux experts comptable pour écrire sur l’amour de la patrie… Ils auraient dû être présents aux marches à Port Louis, où le quadricolore était porté avec fierté et ferveur, ils auraient compris c’est quoi l’amour de la patrie. 

Les prochains jours seront chauds bouillants ! La dictature incessante et la connerie grandissante de Pravind Jugnauth imposeront très probablement une arrestation de Roshi Bhadain. Dans le contexte sanitaire actuel, il y aura vraisemblablement des restrictions pour limiter les actions des Avengers. Mais ils n’arriveront pas à faire taire le peuple. Petit clin d’œil aux journalistes, ils doivent au moins lire cet infâme rapport objectivement avant d’accuser une personne en plein live à la radio. Ces chatwas nouveaux-nés ne font pas honneur au journalisme.

Comme un bon toutou, spécialement créé pour sauver la vie à son maître, l’ami de Pravind Jugnauth parce qu’il est son esclave dévoué, Sattar s’est vu récompensé par des croquettes dorées, comme sa nomination pour le poste de Président du Conseil d’Administration de SBM holdings… On a le sentiment que ce bon toutou reviendra tôt ou tard sur scène… avec une nouvelle mission commando… à la Vladimir Cauchemar !!!

Mardi 17 Août 2021