Menu



Faits Divers

Femme battue : le mari et l’amant s’accusent mutuellement de violences


Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Février 2021



La vidéo dans laquelle elle se fait violemment agresser par son mari a choqué nombre d’internautes lundi. Et pour cause ! Ce n’est pas tous les jours qu’on voit un homme envoyer une vidéo à l’amant de sa femme dans laquelle il agresse la belle, qu’il accuse d’infidélité, et lui demande de prendre ses responsabilités.

Beaucoup de personnes ont critiqué la police, arguant que l’arrestation du mari prenait trop de temps.

Et finalement, dans toujours dans ce genre d’histoire, la femme a volé au secours de son mari violent. Elle a déclaré que c’est son « ex » qui a provoqué le mari, de qui elle est séparée. La femme soutient que son mari est entré dans une rage folle. Elle affirme que l’amant ou « l’ex » était gentil lorsqu’elle l’a rencontré. Au même moment, son couple battait de l’aile. Elle a par la suite quitté son époux et sa maison pour en louer une autre. C’est là que l’homme est devenu son amant. Il a quitté femme et enfants pour venir vivre avec elle et sa fille. Mais là, son comportement a changé. Il est devenu possessif, agressif et même violent.

Après quelques mois, ils se sont séparés et alors qu’elle a renoué contact avec son mari, l’amant a appelé l’époux pour parler de vidéos intimes. C’est là que l’agression a eu lieu. L’amant a soutenu, de son côté, que la femme a toujours été victime de maltraitance et qu’elle a même obtenu un ordre de protection qui stipule que le mari n’avait pas le droit de s’approcher d’elle. Qui croire ?

Jeudi 25 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.