Faits Divers

Family of Scots mum murdered in Mauritius say they've been 'fobbed off' by authorities on the African island !

Mardi 24 Juillet 2018

Deux journaux de la presse étrangère n'ont pas hésiter à titrer de façon virulente sur le meurtre de Janice Farman le lundi 23 juillet 2018, relançant ainsi le dossier sur le meurtre de Janice Farman.


Le Herald Scotland : "Family of Scots mum murdered in Mauritius say they've been 'fobbed off' by authorities on the African island !"

L'Express UK :" Murdered Scot Janice Farman family: "We've been fobbed off home invasion Mauritius"

Janice Farman, 47 ans, originaire de Clydebank dans le Dunbartonshire en Écosse est morte étouffée et sauvagement assassinée par trois hommes dans la nuit du jeudi 6 juillet 2017 à son domicile à Albion. Son fils adoptif âgé de dix ans et souffrant d’autisme a été témoin de la scène. Il a appelé un ami de sa mère pour alerter la police une fois que les voleurs avaient fui. 

Les funérailles de l’Écossaise ont eu lieu le 27 juillet.

Kamlesh Mansingh, Ravish Rao Fakhoo, Anish Soneea ont été arrêtés dans le cadre du meurtre de Janice Farman. 

Un cambriolage qui aurait mal fini selon les présumés assassins. Après avoir froidement tué la victime, ils ont fabriqué une scène de crime. 

L'un des suspects est un homme dont la victime avait aidé à obtenir un prêt de 6000 livres sterling. 

Si la famille de la victime reste en contact étroit avec le Foreign and Commonwealth Office du Royaume-Uni, qui assure la liaison avec les autorités de Maurice. Elle se plaint de la lenteur de l'enquête et accuse les autorités de ne se soucier que de l'image du pays auprès des touristes sans prendre en compte le facteur de l'attente insoutenable pour eux afin que la lumière soit faite sur le meurtre de Janice Farman. 

Si les suspects sont toujours en détention un an après le drame, aucune date de procès n'a été fixée. 

Le Sunday Herald a contacté le président par intérim Paramasivum Pillay Vyapoory, le procureur général, plusieurs départements du gouvernement et la police locale, mais personne n'a répondu.


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.