Menu



Justice

Fake news : les organes de presse de Sunil Gohin dans le collimateur de la justice


Rédigé par E. Moris le Samedi 13 Mars 2021

Ce samedi 13 mars, Me Akil Bissessur s'est rendu à la police, représenté par ses hommes de loi Me Ashley Hurhangee, Samad Goolamally et Sanjeev Teeluckdharry entre autres.



Me Akil Bissessur aurait partagé une conversation privée avec quelques amis via Whatsapp, faisant état d’un éventuel état d’urgence sanitaire. Par la suite, un activiste, un certain Ivan Bibi, président du Nouveau front politique, a par la suite partagé avec le public sur les réseaux sociaux ce message.

Ce dernier, interpellé hier, aurait nié qu’il s’agissait d’un complot pour déstabiliser le pays et de semer la terreur. Ivann Bibi a comparu devant la Bail and Remand Court (BRC) pour «Breach of ICTA». Il a retrouvé la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de 6,000. Il est représenté par son père Me Jean Claude Bibi. 

Que cache l'acharnement de Sunil Gohin, patron de Inside news contre l'avocat Akil Bissessur ?

Par ailleurs, l’avocat Akil Bissessur qui était aussi recherché dans le cadre de cette affaire, a également comparu en cour pour «Breach of ICTA». L'avocat, arrêté ce matin, a retrouvé la liberté conditionnelle cet après-midi contre une caution de 40 000 et une reconnaissance de dette de Rs 100 000.

Notons qu'aucun mandat d’arrêt n'a été émis contre Akil Bissessur. Toute information à cet effet est  fausse ont dénoncé ses avocats

L'arroseur arrosé. Depuis hier, Wazaa Fm et Inside, se sont amusés à diffuser des articles diffamatoires sur le Bureau du DPP parlant "d'un mouchard" et sur l'avocat, d'un mandat d'arrêt à son encontre. Ce que la police a totalement démenti. Une lettre en ce sens sera envoyée auprès du bureau du DPP.

Depuis les révélations de l'avocat Akil Bissessur et de ses dénonciations sur le CEO de Mauritius Telecom, ce dernier est victime d'une cabale et d'une campagne infecte sur sa vie privée par Wazaa Fm et Inside news deux médias gérés par Sunil Gohin et financé principalement par Mauritius Telecom. D'autres gratte-papier connus de la place, en manque d'attention, participent également à ce petit jeu dangereux. 

Ils sont nombreux à faire les frais d'une campagne orchestrée et cautionnée par Sunil Gohin, le directeur de Cyberspot Ltd.

Société qui a décrochée, sans appel d’offres, le plus gros contrat de câblage auprès de Mauritius Télécom. Sunil Gohin, connu comme le nouveau "Gooljaury" à qui tout réussi, entre les services de conseil, les jeux d'argent et les paris en ligne, le traitement des données, et une agence de presse. L'obtention récente d'un permis radio est la parfaite illustration que l'homme bénéficie de certains privilèges.

Quel est le lien entre Sunil Gohin, l'ombre de la propagande du MSM, Mauritius Telecom et des groupes socio-culturels ?

Il est aussi le directeur de Inside news. Une plateforme d'informations en ligne, machine de propagande du Parti du Soleil. Aux commandes un certain Krsna Coopoosamy (ancien rédacteur en chef de Samedi plus ). Coopoosamy la risée de ses confrères de la presse et qui multiplie les dérapages, est descendu encore plus bas que la presse de caniveau. En total roue libre. Il est vrai que journaliste n'est pas un métier de gribouillage où cet ancien graphiste offrait ses talents.

Coopoosamy et ses sbires de la presse dont un conseiller du bureau du Premier ministre dit "aka l'ours" ou "bater batri", continuent de s'en prendre à tous ceux qui n'ont pas fait allégeance au régime au pouvoir.

Comment Mauritius Telecom, organisme d'Etat peut cautionner de tels dérapages à l'encontre des valeurs mauriciennes ? Ailleurs, les annonceurs auraient lâché ce genre de torchon après toutes les attaques nauséabondes contre l'ensemble de la presse. Ailleurs un rédacteur-en-chef aurait été limogé sur le champs par son patron. Mais nous sommes à Maurice...

Certains ne pensent pas que, comme les paroles, les gouvernements s’envolent et changent mais les écrits restent, et qu’un jour ou l’autre les petits lieutenants complices des dictateurs sont punis plus que les dictateurs eux-mêmes.

Samedi 13 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.