Menu

Politique

Fact-checking : Pravind Jugnauth induit sciemment en erreur la population


Rédigé par E. Moris le Mercredi 27 Juillet 2022

Il ne faut jamais prendre pour parole d'Evangiles un homme politique surtout un Pravind Jugnauth. Ce mercredi 27 juillet, le Premier ministre s’est adressé à la nation 5 minutes trente, top chrono.



Après plusieurs versions contradictoires, Pravind Jugnauth a souhaité clore le sujet de projet de cyber espionnage en évoquant cette fois-ci un problème de sécurité nationale, plus précisément sur notre réseau de communication. Raison pour laquelle il a sollicité l’aide des experts indiens pour mener un «survey indépendant» à la Landing Station de Baie-du-Jacotet. Cette équipe technique indienne aurait été recommandée par le gouvernement indien à travers le National Security Advisor (Kumaresan Ilango) a affirmé le chef du gouvernement.
«J’ai de tout temps respecté nos institutions et notre démocratie qui nous permet de vivre dans la tranquillité, la sécurité et la stabilité. Raison pour laquelle j'ai fourni des informations à la police. Je rassure tout le monde que toutes ces accusations sont totalement fausses».

De ce fait, Pravind Jugnauth a balayé de la main les accusations à son encontre et qui sont  «totalement fausses et sans fondement». Le Premier ministre lance ainsi un appel à la population de ne pas écouter « les faussetés et rumeurs ». Il demande aussi à la nation de « ne pas entrer dans le piège des personnes qui sont assoiffées du pouvoir et qui veulent créer du désordre pour déstabiliser notre pays ». « Il y avait un problème au niveau de la sécurité nationale et c’est la raison pour laquelle cela j’ai sollicité les autorités indiennes pour leur expertise. Cela n’a rien à voir avec les allégations de surveillance ou la capture de données, à l’instar des mails, des messages… », a-t-il soutenu.

Pêle-mêle, il a dénoncé l'ex-CEO de MT. Sherry Singh, les journalistes et l'opposition. Mais fait important, dans sa campagne pour se dédouaner de «Haute trahison», malgré son armée de conseillers chichement payés aux frais des contribuables, il a sciemment trompé son monde.

C'est l'ancien journaliste Harish Chundunsing qui a relevé que lors de son allocution télévisée, le Premier ministre a déclaré que le gouvernement entre 1995 et 2000 avait embauché un britannique comme conseiller à la sécurité. Encore un mensonge. Le conseiller à la sécurité entre 1995 et 2000 était Bushan Nandy, un ancien officier de la police indienne qui avait servi au Bureau du renseignement, à l'aile d'analyse de recherche et à la force frontalière indo tibétaine. L'officier britannique que Pravind Jugnauth a appelé conseiller à la sécurité était en fait le conseiller du Premier ministre pour la réforme des forces de police, au nom de David Shattock, un agent de police en chef à la retraite de Somerset et Avon.

 

Mercredi 27 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.