Un autre regard

Etienne : «Pa vinn gat makaroni» par Anju Ramgulam

Mercredi 21 Août 2019

Texte de Anju Ramgulam, journaliste à La Sentinelle que nous publions par solidarité suite à la plainte en diffamation portée par le ministre Etienne Sinatambou contre la presse. 

La journaliste Anju Ramgulam est convoquée aux Casernes centrales, vendredi 23 août. Les policiers du Central Criminal Investigation Department (CCID) veulent lui poser quelques questions par rapport à son billet d’humeur intitulé Etienne: «Pa vinn gat makaroni», paru le vendredi 16 août. 

La police a également convoqué Zahirah Radha, la rédactrice en chef de Sunday Times le jeudi 22 août. 

"On l’accuse d’avoir bat bis, d’avoir manz poona dans un hôtel. Pour sa défense, E.T, also known as ministre Biskwi Mari, a déclaré ceci sur sa page Facebook :

Hein, mo pe pez néné bwar delwil mo pe vini mem-la. La fimé pe sorti par mo gato zorey. Zournalis, zot dal pa pou kwi ar mwa, pa vinn bav dan minn, less mwa trankil, pa vinn gat makaroni. Bilo lalo zonn fel, mwa mo loréa mwa matlo.

Zot pe fer mwa pas pou siziem boulet dan enn bol sink, swadizan zonn ouver lizié tang. Al begn tang zot fer bien. Ki été ? Mo figir dipin rasi ? Dir seki zot anvi, zot palab glisé lor mo koko, kouma dir dilo lor bred sonz.

A fors ekrir ninport kiété, tiabon zot lizié koumans get diri tir kari, tiabon zot toufé, zot manz papie zot zet dal-pouri. Zot pé met zot gro poumon, zot gro lizié pwason frir lor mo kaviar, mo pé manz margoz mo pe vini mem akoz zot-la.

Zot pe fer kouma dir premié fwa politisien pe manz plin. Enn tradision sa, dan nou disan sa. Dan dizef poul pa gagn ti kanar. Ena vié karay kontan kotomili, ena kontan kwi kari lalang, nou rant dan tou lasos nou.

Kontign amerd mwa, mo pou ras zot trip, azout inpé gro pwa ek masala ladan. Pa vinn fer fit dan badia, ala mo dir la."

Cliquez sur le lien pour le texte original . Billet signé par Anju Ramgulam dans le journal l'express.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 21 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.