Menu



Société

Enquête sur le naufrage du Wakashio : Le calvaire des garde-côtes loin d’être terminé


Rédigé par E. Moris le Vendredi 28 Mai 2021



Comment un radar supposément performant peut-il montrer qu’un navire est en mer alors qu’il est déjà sur les récifs depuis un moment ? C’est la question que le président de la Court of Investigation, l’ex-juge Abdurafeek Hamuth, a posée au constable Jagarnath, de la National Coast Guard.

Il faut dire que les réponses de ce dernier n’ont pas plu au président et ses assesseurs. À un moment, le président est même sorti de ses gonds lorsque le constable Jagarnath a qualifié à plusieurs reprises le MV Wakashio de bateau de croisière. Il lui a fait comprendre sèchement que tel n’était pas le cas et qu’il est incorrect de confondre un navire de croisière et un vraquier. Mais ce qui ressort de la déposition du constable Jagarnath mercredi, c’est que le 25 juillet 2020, à 19h10, le radar indiquait que le navire était « underway » alors que ce dernier était déjà « grounded »

Le panel a aussi montré son étonnement après que le constable Jagarnath a déclaré qu’il devait relever le constable Sujeebhun à 21h40 mais qu’entretemps, il effectuait d’autres tâches. Mario Genevière, un des assesseurs, a alors fait ressortir que ce n’est qu’après 22 heures que le constable Jagarnath a consigné sa première entrée dans le Diary Book. Le fait qu’à un moment, les communications entre les officiers des divers postes s’est fait par téléphone et non le système de communication commun a aussi été souligné.

Vendredi 28 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.