Justice

Enquête sur Me Jaykar Gujadhur : Me Feroza Moolna se retire du comité ad-hoc après le «like» de son fils

Mardi 20 Août 2019

Des fois, un simple « like » sur des réseaux sociaux peut être une grande source d’embarras.


La Senior Attorney, Feroza Moolna après la polémique du «like» de son fils Me Nabil Moolna, a décidé de se retirer du panel institué pour enquêter sur le cas Jaykar Gujadhur, par le biais d’une lettre envoyée à la Mauritius Law Society, hier lundi 19 aout.

Cette Senior Attorney et vice-président de l’Ordre des avoués, qui a longtemps travaillé pour le gouvernement et qui est dans le privé depuis qu’elle a pris sa retraite, faisait partie du panel institué pour trancher le cas de Me Jaykur Gujadhur. 

Ce dernier rappelons-le a été l’objet de plusieurs accusations, notamment d’avoir aidé à jurer un faux affidavit. Donc, pour entorse alléguée à l’éthique, l’ordre des avoués, la Law Society, a mis un comité sur pied pour trancher la question. Il est composé des Senior Attorneys suivants : Me Vijay Kumar Dwarka, Me Candhayalallsing Seebaluck et Me Feroza Moolna. 

Sauf que Mahen Kumar Hurhangee a contesté la présence de Me Moolna dans ce panel. Dans une correspondance, il affirme que Me Nabil Moolna, fils de Feroza Moolna, aurait liké un commentaire de Me Jaykur Gujadhur qui avait commenté cette affaire sur Facebook. 

Pour Mahen Kumar Hurhangee, le fait que le fils Moolna soutient une personne dont un panel, sur lequel siège sa mère, doit trancher s’il a commis une entorse à l’éthique, pose problème.  

La Mauritius Law Society emmétra un communiqué pour désigner le remplaçant de Me Feroza Moolna.

Rappelons que Me Nabil Moolna est un ancien journaliste de l'express, très actif sur les réseaux sociaux et probablement candidat pour le MMM.

 

Rédigé par E. Moris le Mardi 20 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.